J.K Rowling et son éditeur avaient refusé de livrer une version électronique du livre. Mais il n'a fallu que douze petites heures aux "pirates" pour mettre à disposition sur Internet le premier e-book du sixième volet de Harry Potter. Comment ? Grâce à une organisation hors-pair.

En vingt-quatre heures : sept millions aux Etats-Unis ; deux millions au Royaume-Uni. Avec deux-cent cinquante mille exemplaires vendus toutes les heures, les chiffres de vente du dernier opus des aventures du jeune sorcier Harry Potter ont de quoi faire tourner la tête de plus d’un éditeur.

Malgré ce succès attendu et largement anticipé, l’auteur J.K. Rowling et son éditeur Bloomsbury n’ont pas souhaité lancer de version électronique du livre, sans doute par peur du piratage. Officiellement, il s’agissait de ne pas se lancer dans un marché peu porteur, avec des équipements qui n’offrent pas de véritable confort de lecture.

Mais ça ne semble pas être l’avis de tout le monde.

« Dans un effort conjoint les pirates [se sont rejoints] sur des salons IRC qui portent des noms imaginatifs tels que #pottermania ou #potterwork pour se répartir les tâches de numérisation et de relecture« , nous apprend Colin Dustan sur MobileRead Networks. Il n’aura fallu que douze heures de travail en commun pour que l’intégralité de l’ouvrage soit mise à disposition sur Internet. D’abord diffusé principalement sur des sites russes, l’ouvrage compilé au format PDF se répand maintenant à grande vitesse sur les réseaux P2P, comme en témoigne ce graphique tiré des statistiques eD2k History (l’outil de statistiques du réseau eDonkey/eMule fourni par le serveur Razorback) :


(notez qu’ici le nombre largement majoritaire de sources complètes, dès les premières heures, montre une réelle volonté de partager l’œuvre sur le réseau eDonkey, après l’avoir obtenue par d’autres biais)

Résultat : les amateurs d’e-books, qui ne peuvent acheter le livre légalement suite à la politique réactionnaire de l’éditeur, iront le pirater sans que le moindre centime n’arrive dans le portefeuille de l’écrivain.

Mais il y a plus fort encore.

Teleread.org annonce en plus qu’une version audio de Harry Potter 6 est déjà disponible. Après vérification, c’est bien le cas, puisque la version lue par Jim Dale (narrateur du précédent volet) est d’ores-et-déjà disponible sous forme d’archive de 510 Mo :

« Je n’encourage pas le piratage« , se défend Dustan. « Mais il devrait être clair, même pour J.K. Rowling, qu’il y aura toujours du piratage quoi que vous fassiez. La meilleure façon de le minimiser serait de sortir une version e-book officielle. Peut-être avec le livre Harry Potter 7 ?« 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés