Marine Le Pen a envoyé aux Français vivant à l'étranger un e-mail de propagande électorale, la veille de l'ouverture des bureaux de vote en Amérique du Nord. Une entorse au code électoral qui pourrait coûter très cher au Front National, si la sanction ne reste pas que théorique.

Lors du premier tour de l’élection présidentielle, les Français vivant à l’étranger ont voté à une large majorité en faveur de Nicolas Sarkozy (38 %), loin devant François Hollande (28,3 %) et François Bayrou (11,4 %). La candidate du Front National n’a recueilli que 5,95 % des voix des Français de l’étranger, ce qui la place très loin de son score général. Mais l’électorat établi hors des frontières pourrait lui coûter cher.

En effet, RTL a révélé mercredi dernier, dans la plus grande indifférence, que l’équipe de campagne de Marine Le Pen a violé le code électoral en envoyant tardivement un e-mail aux Français inscrits sur les listes électorales à l’étranger. En effet, la loi électorale interdit toute communication partisane dans les 24 heures qui précèdent le jour du vote. Pour les Américains du nord, qui votaient dès le samedi, la communication électorale devait donc s’arrêter au plus tard le jeudi à minuit. Or Marine Le Pen a envoyé son « message aux Français de l’étranger » le vendredi soir à 23h13, quelques heures seulement avant l’ouverture des bureaux de vote de l’autre côté de l’Atlantique.

« Le code électoral prévoit théoriquement 3.750 euros d’amende par infraction soit par email ! Or, il y a 305.200 électeurs français inscrits sur le continent américain. Ce qui pourrait potentiellement coûter très cher au FN« , révélait RTL.

Si l’amende est multipliée par le nombre d’inscrits concernés, c’est même une amende record de plus de 1,1 milliard d’euros que devrait payer le Front National. Personne n’ose l’imaginer.

Le problème est là. Seule une sanction pourrait s’assurer à l’avenir que le code électoral soit respecté. Or il n’y a pas beaucoup d’alternatives. Soit la sanction se base sur le nombre d’e-mails, auquel cas l’amende paraît disproportionnée. Soit elle se base sur le seul envoi d’un mail groupé, auquel cas l’amende de 3750 euros paraît au contraire ridiculement faible.

Soit, et c’est le plus probable, aucune poursuite n’est engagée.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos