Après un an passé à la tête du Conseil national du numérique, Gilles Babinet s'apprête à passer le flambeau. Un vote organisé mercredi soir a en effet permis d'élire Patrick Bertrand. PDG de CEGID et président de l'AFDEL, Patrick Bertrand débutera son mandat le 27 avril prochain.

Mise à jour – L’AFDEL annonce dans un communiqué que Patrick Bertrand, élu à la présidence du Conseil national du numérique, a quitté son mandat de président.

Il est remplacé par Pierre-Marie Lehucher, directeur général de Berger-Levrault, pour assurer l’intérim. Une assemblée générale en juin permettra de désigner le futur président de l’AFDEL.

Sujet du 05 avril – C’est donc Patrick Bertrand qui sera le nouveau président du Conseil national du numérique. Réunis en conclave mercredi soir, les membres de l’instance l’ont choisi au terme d’un vote pour désigner le successeur de Gilles Babinet, dont le mandat se terminera le 27 avril prochain. Gilles Babinet n’a donc pas été reconduit, le Conseil « ayant souhaité acter le principe d’une présidence annuelle« .

Membre du Conseil national du numérique depuis ses débuts, Patrick Bertrand a une double casquette. Il est le directeur général de l’éditeur de solutions de gestion CEGID et le président de l’Association française des éditeurs de logiciels (AFDEL), dont sont membres Dassault Systèmes et Microsoft. L’AFDEL est un puissant lobby en faveur des logiciels propriétaires.

Les Échos ont rappelé en 2009 que l’association s’est efforcée de convaincre les rapporteurs des investissements d’avenir, Michel Rocard et Alain Juppé, « que l’industrie française du logiciel doit être l’une des priorités du grand emprunt national« . L’AFDEL a ainsi soumis sept projets d’investissement susceptibles d’être financés par les 35 milliards du grand emprunt.

Cette proximité avec l’AFDEL sera-t-elle un handicap pour la présidence de Patrick Bertrand ? Selon Olivier Tesquet de Télérama, Patrick Bertrand pourrait abandonner la présidence de l’AFDEL pour éviter tout conflit d’intérêts. Qui plus est, l’ancien président du Conseil national du numérique avait expliqué l’an passé « qu’il n’est pas incongru que le CNN soit composé de gens issus de cette industrie« 

« C’est évident que la notion de conflit d’intérêt est un écueil possible. On y sera plus qu’attentifs. On l’a déjà été lors de nos conversations initiales […] iI ne faut pas se leurrer, on est naturellement parfois dans des situations de conflit d’intérêts. Peut être que l’on adoptera des pratiques de gouvernance pour réguler tout cela, mais pour commencer, la base est d’avoir un comportement éthique très rigoureux« .

En marge de l’élection de Patrick Bertrand, Jean-Baptiste Descroix-Vernier, Alexandre Malsch, François Momboisse et Bruno Vanryb ont été élus vice-présidents. Giuseppe de Martino et Nicolas Voisin n’ont pas souhaité se représenter à ce poste.

Partager sur les réseaux sociaux