Des syndicats des trois grands opérateurs ont saisi l'Autorité de la concurrence pour qu'il se penche sur le contrat d'itinérance passé entre Orange et Free Mobile. D'après eux, les conditions d'application dudit accord "ont été dévoyées par une interprétation" de l'Arcep, aboutissant à des pratiques anticoncurrentielles sur le marché de la téléphonie mobile.

Le mois de mars aura été particulièrement pénible pour Free Mobile. En sus des critiques incessantes sur la qualité de son réseau, l’opérateur doit prendre garde aux attaques ciblant son contrat d’itinérance avec Orange. La dernière en date provient des syndicats des trois principaux opérateurs (Orange, SFR, Bouygues Télécom), qui ont saisi l’Autorité de la concurrence.

Dans leur lettre, citée par Ouest-France, ils déplorent les « pratiques anticoncurrentielles […] sur le marché des services de téléphonie mobile » résultant de l’accord d’itinérance passé entre l’opérateur historique et le quatrième détenteur d’une licence 3G. À leurs yeux, les « modalités d’application du contrat d’itinérance ont été dévoyées par une interprétation » du gendarme des télécommunications, l’Arcep.

« Free Mobile a fait en sorte de conclure avec Orange France un contrat qui va bien au-delà d’un simple accord commercial et a conduit à une concertation qui a pour objet et pour effet d’évincer à court terme les opérateurs mobiles virtuels du marché des services de téléphonie mobile, et de mettre en difficulté SFR et Bouygues Telecom« . Difficulté qui va se traduire, selon eux, par des « licenciements massifs« .

Fin février, Bouygues Télécom avait annoncé la mise en place d’un plan d’économies de 300 millions d’euros par an. L’opérateur avait alors déclaré anticiper un recul de son chiffre d’affaires de 10 %, tandis que son résultat brut d’exploitation maigrira de 250 millions d’euros. Des décisions similaires ont également été dévoilées chez SFR, suite au départ de 200 000 abonnés.

La saisine de l’Autorité de la concurrence s’ajoute à la plainte déposée en début de semaine par deux opérateurs de télécommunications auprès de la brigade financière de Paris. Là encore, son objet est l’accord d’itinérance entre Free Mobile et Orange.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés