Il ne manque plus que les chiffres de SFR pour avoir une idée précise du nombre de clients qui ont déjà migré chez le opérateur. Bouygues Télécom a annoncé mercredi que le groupe avait perdu 134 000 clients au bénéfice de Free Mobile, selon un comptage arrêté au 15 février 2012. De son côté, Orange avait déjà annoncé la perte de 201 000 abonnés à la même date.

Si c’est évidemment du jamais-vu dans l’histoire de la téléphonie mobile en France, l’hémorragie paraît toutefois moins importante que ce qui avait été imaginé aux premiers jours du lancement de l’offre de Free Mobile. Pour Bouygues Telecom, les demandes de portage vers le nouvel entrant ont concerné environ 1,2 % des 11,30 millions d’abonnés totalisés au 31 décembre 2011, tandis que chez Orange, les migrations vers Free Mobile ont concerné seulement 0,7 % des 27 millions de clients enregistrés en fin d’année dernière.

Free paraît donc encore très loin de l’objectif qu’il s’est fixé d’atteindre à terme les 25 % de parts de marché, là où ses concurrents prédisent une perte de 15 % du marché d’ici 2022.

Pour le moment, l’impact de Free Mobile n’est donc pas tant sur le nombre de clients que sur le chiffre d’affaires des opérateurs historiques, qui baisse mécaniquement avec le prix des forfaits et la baisse du prix des terminaisons d’appel. Bouygues Télécom, qui va appliquer un plan d’économies de 300 millions d’euros par an, anticipe un recul de 10 % de son chiffre d’affaires dès 2012. Son résultat brut d’exploitation, c’est-à-dire son bénéfice avant impôts, devrait reculer d’environ 250 millions d’euros.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés