La Haute Autorité a publié une première synthèse des contributions visant à améliorer et faire évoluer le label PUR (Promotion des Usages Responsables). Les propositions des internautes portent aussi bien sur l'identité controversée du label que sur des considérations techniques (référencement, plug-in, moteur de recherche).

Le label PUR, acronyme de « Promotion des Usages Responsables », fêtera son premier anniversaire dans quelques mois. À cette occasion, la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet a lancé le chantier de sa rénovation. Elle a donc demandé aux internautes quelles « sont les améliorations et les évolutions » envisagées afin de faire du label PUR un dispositif « de référence« .

Une semaine après l’ouverture du débat, l’Hadopi vient de produire une première synthèse des propositions. Réparties en quatre catégories, elles vont des préconisations techniques aux suggestions marketing, en passant par l’amélioration du référencement et à des modifications de fond. Malgré la volonté d’ouvrir le débat à tous, seuls quatre internautes ont participé à la discussion.

Du côté des préconisations techniques, deux pistes ont été avancées. La première est de créer un moteur de recherche intégré au site afin de chercher une offre labellisée selon différents critères. La deuxième est de concevoir une extension pour les navigateurs. Celle-ci doit permettre à l’internaute de se réorienter très vite sur le site du label PUR lorsqu’il voudra accéder à une offre légale.

Sur les suggestions marketing, la principale idée porte sur l’identité du label PUR. Si les participants ne remettent pas en cause le principe d’un label visant à distinguer les offres de contenus culturels numériques validées par les ayants droit, le choix d’un acronyme faisant référence au principe de la « pureté » n’est pas le plus heureux. Le nom et le logo devraient être changés, pour ne plus prêter le flanc aux critiques.

La troisième grande catégorie concerne le référencement. Le point essentiel souligne la nécessité de favoriser le référencement naturel pour les plates-formes labellisées. La constitution d’un portail dédié aux offres légales ne fait pas tout. Il faut aussi que les plates-formes apparaissent dans les premiers résultats lorsque des requêtes en rapport sont entrées par les internautes.

Sur le site en lui-même, les contributeurs ont défendu l’idée de séparer le site en deux parties pour mieux répondre aux attentes des professionnels et du public. « Scinder le site en deux parties permettra d’apporter plus de clarté« , ont-ils avancé, en considérant que les informations sur l’une et l’autre partie du site seront plus pertinentes. Un autre participant a lui suggéré de transformer le site en label à part entière.

Il reste désormais à savoir si d’autres propositions émergeront dans les jours à venir et quelles sont les pistes qui seront retenues par l’Hadopi pour le label et le site PUR. Rappelons qu’à l’heure actuelle, un peu moins de cinquante plates-formes ont reçu le précieux sésame tandis que de nouvelles candidatures sont régulièrement publiées par la Haute Autorité.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés