Des étudiants de Sciences Po organisent le 26 mars une conférence sur ACTA et les libertés sur Internet, avec une eurodéputée du Parti Pirate, un représentant de la Quadrature du Net et la députée européenne Marielle Gallo, très favorable au renforcement de la propriété intellectuelle.

Lorsque l’on évoque l’Accord Commercial Anti-Contrefaçon (ACTA), rares sont les conférences de la société civile qui paraissent équilibrer les points de vue. L’association multimédia des étudiants de Sciences Po, Inside Electronic Pipo, a donc eu l’excellente idée d’organiser elle-même une conférence le lundi 26 mars 2012, avec des intervenants qui ont plutôt pour habitude de s’affronter.

Ce « débat-conférence sur ACTA et la liberté du net » réunira en effet non seulement Amelia Andersdötter (la plus jeune eurodéputée du Parlement Européen, représentante du Parti Pirate suédois) et Jérémie Zimmermann (le porte-parole de la Quadrature du Net), mais aussi Marielle Gallo, la députée européenne du PPE connue pour son attachement aux industries culturelles. En 2010, elle avait été l’auteur d’un rapport sur le renforcement de la propriété intellectuelle en Europe, qui affirmait qu’il existe « des liens démontrés entre différentes formes de crime organisé et les infractions aux droits de propriété intellectuelle, en particulier la contrefaçon et le piratage« . Un quatrième invité, qui pourrait équilibrer plus encore les opinions, est prévu mais n’a pas encore été annoncé.

« Cette conférence se déroulera en deux parties principales. La première est focalisée sur ACTA, ses controverses, ses enjeux et sa possible adoption par l’Union Européenne. La seconde, plus ouverte, sera constituée d’un débat sur les évolutions futures du Web et ce que les différents modèles possibles impliquent pour les droits des internautes, artistes, industriels« , explique l’association.

« Au-delà de l’ACTA, c’est de l’avenir du Net qu’il conviendra de discuter : comment concilier liberté, vie privée d’un côté et respect du droit d’auteur et de la sphère marchande de l’autre ? Nous estimons que les partis politiques Français ne répondent que très vaguement à cette question pourtant essentiel, à la fois sur le plan juridique, économique et social. Cette conférence sera donc également l’occasion de proposer des alternatives et de réfléchir sur le Web de demain« .

La conférence est organisée à Sciences Po Paris, dans l’amphithéatre Boutmy, à partir de 19h15 (tous les renseignements ici).

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés