Un développeur vient de livrer quelques détails concernant les versions mobiles et en ligne de LibreOffice. La suite bureautique open-source dérivée d'OpenOffice.org sera donc disponible sur plusieurs plate-formes, ce qui pourrait encore accélérer son adoption.

La Document Foundation avait annoncé en 2011 son intention de porter LibreOffice sur Android et en ligne. Ces annonces faisaient suite aux travaux de portage sur iOS déjà entamés et qui montraient que la suite bureautique libre pouvait avoir une vie en dehors de l’ordinateur de bureau.

Lors d’une présentation au FOSDEM ce lundi, le développeur Michael Meeks a dévoilé quelques éléments concernant l’avancement du projet. Il explique ainsi que le maximum de code présent dans le logiciel actuel sera réutilisé dans ces nouvelles versions. En effet, une suite beautique est complexe à développer. Créer des versions radicalement différentes pour chaque plateforme rendrait la maintenance et les évolutions communes très compliquées à gérer, explique Ars Technica.

Les utilisateurs devraient donc retrouver la majorité des fonctionnalités de LibreOffice d’une plate-forme à l’autre tout en bénéficiant tous de ses évolutions. De même, ce travail d’adaptation sur mobile profitera également aux utilisateurs PC. En effet, pour tourner sur mobile le code devra être optimisé ce qui servira également à rendre la version classique du logiciel plus légère.

Meeks précise également que ces portages n’en sont aujourd’hui qu’à leurs balbutiements. Les interfaces mobiles sont encore rudimentaires et doivent être revues pour coller aux standards d’Android et d’iOS. Dans l’état actuel, les applications ne pourraient pas être soumises au public.

Des précisions sur LibreOffice OnLine

Pour la version en ligne (voir capture ci-dessous), le logiciel tournera sur des serveurs. Le navigateur n’affichera alors que l’interface, qui sera déssinée grâce aux Canvas HTML5. Les communications entre l’interface et le serveur se feront via les WebSockets et les mises à jour à l’écran se feront par des PNG compressés. Ainsi, la mise en page du document ne sera pas limitée par les capacités du navigateur ou du HTML5 mais sera bien fidèle à ce que l’on pourrait trouver dans le logiciel natif.

La version actuelle ne supporte qu’un seul utilisateur à la fois. Mais, à terme, un serveur pourrait accueillir 200 à 300 utilisateurs en même temps. Enfin, comme nous le disions en octobre dernier, cette version en ligne baptisée LOOL ne sera pas hébergée par la fondation et chacun pour télécharger les éléments à installer sur son propre serveur.

Le fork avec OpenOffice.org aura donc eu du bon. La communauté essaie de gommer les défauts de ce cousin créé par Sun et dont la popularité ne fait que chuter. En proposant un logiciel disponible sur plusieurs plate-formes, LibreOffice pourrait séduire les utilisateurs disposant de plusieurs machines différentes (smartphones, tablettes tactiles, ordinateurs) et qui sont de plus en plus nombreux.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés