Une marque française avait l'intention de vendre des t-shirts Anonymous. L'idée a déplu à certains membres de la mouvance, qui ont contraint la société à revenir en arrière. La commercialisation est stoppée et tous les visuels ont été retirés.

Bien qu’employant les mêmes codes et les mêmes références, à l’image du masque de Guy Fawkes qui occupe une place centrale dans leur symbolique, les internautes se revendiquant de la mouvance Anonymous ne sont pas une organisation unique structurée. Et s’ils partagent la plupart du temps une idéologie commune, ils agissent souvent en petit comité, sans chef ni coordination avec d’autres groupes.

Cette « désorganisation », inscrite dans l’ADN d’Anonymous, donne ainsi parfois lieu à des initiatives de lutte pour le moins… curieuses. Alors que les sujets sensibles et crucieux ne manquent pas, certains internautes fiers de porter la bannière Anonymous ont mis la pression ces dernières heures sur Everlife, une marque française lancée en 2010 par des designers parisiens.

Son tort ? Avoir voulu exploiter commercialement « l’image » Anonymous, qui comme l’expression « geek » est devenue tendance au fil des ans. La marque a en effet produit deux t-shirts sur lesquels apparaît le visage de Guy Fawkes ainsi que la mention « We are Anonymous – We are a legion – Never Forget – Expect Us ». Les puristes auront remarqué la légère faute dans le slogan du groupe.

Il n’en fallait pas moins pour que quelques membres d’Anonymous appellent à la lutte, notamment sur 4Chan. C’est ainsi qu’au moins un fil de discussion est apparu sur le forum et dans lequel l’auteur se plaint de l’affront. Il invite toutes les bonnes volontés à mettre en route LOIC, une application de test de réseau qui permet de lancer des attaques par déni de service, et de balancer un message d’avertissement :

« Enlevez le t-shirt de Anonymous ou votre compagnie va mourir« .

Menace sérieuse ou non, Everlife – qui se félicitait sur Twitter de lancer deux nouveaux t-shirts – a visiblement été incité à revenir sur ses orientations commerciales. La vente de ces deux produits a été suspendue, les visuels supprimés et plusieurs profils Twitter gérés par des membres d’Anonymous interpellés pour leur demander de ne plus s’en prendre à la marque et à son site web.

La société a ensuite présenté ses excuses aux membres qui auraient été bousculés par l’exploitation commerciale de leur image. Il est ainsi fascinant de voir une véritable appropriation des codes et des symboles du groupe par les membres qui se présentent, faut-il le rappeler, comme des défenseurs du droit à la liberté d’expression. Voilà qui devrait rassurer Everlife !

Rappelons que la marque française n’est pas la seule à s’être intéressée aux débouchés économiques de la mode Anonymous. Comme l’a constaté le New York Times l’an dernier, les activités de plus en plus médiatiques (et médiatisées) des Anonymous font les affaires de Time Warner, qui dispose des droits à l’image sur le célèbre masque à l’effigie de Guy Fawkes.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés