Les lois Hadopi, Loppsi et l'accord international ACTA en cours de ratification vont-ils aider Marine Le Pen dans sa campagne présidentielle ? C'est en tout cas le souhait de la présidente du Front National, qui invite les défenseurs des libertés sur Internet à la rejoindre dans la "toile bleu marine" qu'elle lance pour rassembler ses soutiens sur Internet.

Nous observons depuis longtemps sur Numerama la montée du Front National sur Internet, et surtout la manière dont le parti d’extrême droite a su exploiter les outils numériques pour fédérer autour de lui un réseau de militants prêt à défendre ses idées lors des élections de 2012. Souvent confronté à un terrain médiatique hostile, le FN a trouvé sur Internet un espace sans intermédiaires où il peut s’adresser directement à ses sympathisants, et les trouver sur des forums ou dans des blogs où l’anonymat autorise des meetings virtuels plus remplis que les meetings réels à visage découvert.

Il y a tout juste un an, presque jour pour jour, nous mettions en avant que le Front National était le premier parti politique de France sur Facebook, ce qui n’était pas le moindre des signes de son ascension populaire.

L’été dernier, nous avions mis en garde les autres candidats sur le monopole qu’ils offraient à Marine Le Pen dans son opposition aux lois Hadopi, Loppsi 2 et au traité ACTA. « Pourquoi est-ce Marine Le Pen qui tient ce discours« , avions-nous en effet interrogé en relayant la vidéo d’un discours véritablement remarquable sur la défense des libertés sur Internet. Régulièrement, nous avons prévenu que toute loi qui viserait à museler la liberté d’expression et à contrôler le réseau pour protéger des intérêts acquis contre l’évolution des usages ferait monter le Front National. Comme c’est le cas, dans d’autres domaines, d’autres politiques menées par le gouvernement.

Si ce n’est une conviction profonde, la défense des libertés numériques est au moins pour la candidate frontiste un outil de propagande électorale très efficace pour rassembler autour d’elle les adversaires de la politique de l’UMP sur Internet. Pendant que l’équipe de François Hollande bafouille, Marine Le Pen enfonce le clou.

Ce mardi, elle a ainsi donné le coup d’envoi de « la Toile Bleu Marine« , qui doit permettre de récolter tout ce qu’elle a semé sur Internet depuis plusieurs années. Dans une adresse aux internautes, elle reprend d’abord les symboles clés qui peuvent rassembler autour d’elle :

Vous le savez, je suis une ardente défenseure d’Internet, et de la liberté sur Internet. Je me suis déjà souvent exprimée sur cette question, et (je suis) seule parmi les candidats à la présidentielle à faire une large place dans mon projet à Internet.

Je garantirai la liberté sur Internet au niveau constitutionnel. J’abrogerai les lois interneticides, à commencer par Hadopi, et toutes les dérives de Loppsi 2. Je suis aussi bien sûr une farouche opposante au traité ACTA, cette Hadopi mondiale qui avance masquée et que l’Union Européenne soutient.

Internet est une chance pour le débat d’idées, et la liberté d’expression. J’en serai donc le premier défenseur.

Marine Le Pen détaille ensuite l’initative de son équipe de campagne, la « toile bleu marine », qui vise à rassembler les militants FN sur Internet. C’est le nouveau nom de ce que d’autres ont appelé, avec beaucoup moins d’enthousiasme, la « fachosphère« . « Quand les médias traditionnels sont dans le conformisme, c’est sur Internet qu’il faut compter, pour redoubler d’inventivité, convaincre les Français un par un« , explique-t-elle. Sa « toile » rassemblera les blogs, forums et sites internet de militants qui veulent participer à la campagne de Marine Le Pen, et « relayer des argumentaires« .

« Avant le milieu du mois de mars prochain, je réunirai physiquement autour de moi à Paris l’ensemble des blogueurs de la toile bleu marine qui le désireront. Ensemble nous pourrons parler, discuter des libertés sur Internet, de mon projet pour la France, et faire connaître aux Français nos propositions« , annonce-t-elle.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos