Nous vous avons déjà dit le bien que nous pensions de Inisfree, le blog du cinéphile Vincent Jourdan. Après sa "note d'un cinéphile énervé, nous reproduisons aujourd'hui un billet qui illustre à nouveau les dérives du droit d'auteur :

Une belle initiative : l’exposition Sergio Leone : Once upon a time in Italy, organisée par le Museum of American West (Autry National Center, Los Angeles). Pour tous ceux qui n’auront pas l’occasion de s’y rendre, elle peut se visiter en ligne. C’est là qu’une nouvelle occasion m’est donnée de râler un peu contre ces histoires de droits qui chatouillent tellement certains. (Comme le dit justement Robert Evans dans le documentaire The Kid Stays In The Picture : détenir les droits, c’est détenir le pouvoir).

Bref, un grand nombre de documents (photos, affiches) sont inaccessibles pour cause de copyright. C’est très américain, ça, privatiser la culture. Comme si Sergio Léone ne faisait pas désormais partie d’un patrimoine commun. Comme si toutes ces affiches, toutes ces photographies d’exploitation n’étaient pas avant tout de la promotion, donc destinées à circuler et à être vues par le plus grand nombre. Comme si de nombreux collectionneurs et amateurs ne les avaient pas de part le monde. C’est le genre de truc qui m’énerve et qu’il ne faut pas laiser passer, sinon, il y aura bien un imbécile pour privatiser la Joconde un de ces jours !

Dans le même état d’esprit, cette exposition est abondamment annoncée dans le DVD de Il Etait Une Fois La Révolution. Le DVD est diffusé par MGM. Et ce que je trouve à la fois amusant et pénible, c’est que, dans les documentaires, ils se débrouillent pour parler de la carrière de Léone sans quasiment mentionner Il Etait Une Fois Dans L’Ouest, dont le DVD est distribué par Paramount (ou ce qui en tient lieu aujourd’hui). Pareil pour Il Etait Une Fois en Amérique, distribué par Warner. Et blackout total sur Le Colosse de Rhodes (diffusé en France par Canal+), sur Mon Nom est Personne et Un Génie, Deux Associés Et Une Cloche (pas encore sortis) qui ont, quand même, leur importance dans l’œuvre léonienne. Allez faire un travail de fond avec ça.

Vincent Jourdan
Passionné par le septième art, il nous le fait voir autrement avec son blog Inisfree

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés