Google lâche du lest. Après avoir bataillé pour maintenir l'identité réelle sur son nouveau réseau social, le géant de Mountain View fait marche arrière. Les pseudonymes seront bientôt acceptés sur Google+. Depuis la sortie de ce dernier, Google avait fait son possible pour imposer l'identité réelle, quitte à fermer certains comptes.

C’est une victoire pour les partisans du pseudonymat. Après avoir longtemps bataillé contre l’usage des pseudonymes sur son réseau social, Google a finalement décidé de faire machine arrière. Le géant de Mountain View va prochainement introduire la possibilité d’afficher un pseudonyme à la place de sa véritable identité sur Google+. Une sacré reculade, puisque Google souhaitait imposer l’identité réelle.

La mise en place exacte de cette nouvelle fonctionnalité n’a pas été précisée par Vic Gundotra, vice-président en charge de l’ingénierie chez Google et responsable du développement de Google+. L’objectif étant pour Google de prendre en compte les différentes formes de l’identité d’une seule et même personne, a expliqué Vic Gundotra lors d’un échange au Web 2.0 Summit qui s’est terminé mercredi à San Francisco.

Comme le fait remarquer All Things Digital, ces propos signent la reconnaissance par Google d’un problème qui a pris de l’ampleur depuis le lancement de Google+ cet été. La firme américaine avait été rapidement critiquée par une partie des utilisateurs, lui reprochant de suspendre les profils de ceux utilisant des pseudonymes ou des surnoms au lieu de leur véritable identité.

Cette politique avait déclenché une « nymwar » (guerre des pseudonymes) entre Google et les utilisateurs. La page Wikipédia dédiée à cette affaire illustre ce conflit en prenant l’exemple d’un individu s’appelant officiellement « Charles Jones Jr ». Des versions usuelles de ce nom, comme « Chuck Jones » ou « Junior Jones » sont par exemple acceptées par Google+.

En revanche, des variations trop marquées sont interdites par Google. Il est par exemple impossible d’écrire un prénom dans une langue et le nom dans une autre, d’utiliser des initiales, de placer un titre honorifique (docteur), d’inscrire un surnom ou un pseudonyme ou encore d’introduire des symboles inhabituels (J0hn $mith) pour décorer son nom.

Reste désormais à savoir à quel moment Google compte déployer le nouveau système, dans la mesure où Vic Gundotra a fait savoir qu’il ne souhaitait pas qu’une telle fonctionnalité dénature l’esprit de Google+. Il faudra certainement attendre encore plusieurs semaines voire quelques mois avant la mise en place des pseudonymes.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés