Google+ n'est pas un réseau social pour pseudonymes mais pour personnes réelles. En déplacement en Écosse, l'ancien PDG a rappelé que Google+ est un service facultatif et qu'il est tout à fait possible de s'en passer.

L’anonymat de l’internaute n’a pas sa place sur Google+. C’est ce qu’a récemment réaffirmé Eric Schmidt, le président exécutif de Google, lors d’une session de questions / réponses organisée au festival international de la télévision, à Édimbourg. L’ancien PDG du géant de Mountain View considère que seuls ceux qui acceptent de révéler leur véritable identité peuvent profiter de ce nouveau réseau social.

L’ancien chef d’entreprise a expliqué, dans des propos rapportés par Andy Carvin et cités par Boing Boing, que Google+ a été pensé dès le départ comme un « service d’identité ». En conséquence, sa viabilité, son succès et son avenir dépendent considérablement de la bonne volonté des internautes à délaisser le pseudonyme pour afficher leur identité. Condition sine qua non pour imaginer de nouveaux services sur Google+.

Évoquant les personnes préoccupées par leur vie privée et leur sécurité, Eric Schmidt a tenu à recadrer le débat. Google+ est un service complètement optionnel. Ceux qui veulent utiliser un pseudonyme peuvent toujours le faire, il suffit tout simplement de ne pas se rendre sur Google+. La firme américaine n’oblige personne à s’inscrire sur le réseau social et ceux qui vivent dans des pays totalitaires ne devraient pas utiliser Google+ pour communiquer.

Au cours de cette session, le président exécutif de Google a de nouveau jugé que les discussions sur le net seraient globalement meilleures si chacun affichait sa véritable identité plutôt qu’un pseudonyme. Cela aurait l’avantage de mettre un frein aux agissements de certains internautes, qui se plaisent à niveler par le bas la qualité des échanges entre internautes.

Si l’opinion d’Eric Schmidt ne manquera pas d’être contestée, il faut lui reconnaître une certaine régularité dans ses convictions puisqu’il avait déjà esquissé cette opinion il y a deux ans. L’ancien PDG de Google estime par ailleurs que les concepts de vie privée et d’anonymat ne sont pas liés et qu’il est tout à fait possible de respecter la vie privée d’un internaute sans pour autant que celui-ci se cache derrière un pseudonyme.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés