En seulement quatre jours, Apple a servi un million de téléchargements sur son nouvel iTunes Music Store japonais. Un record pour la firme qui avait mis une semaine à atteindre ce résultat aux USA. Surtout, c'est une claque pour le nippon Sony qui se croyait toujours capable de concurrencer la Pomme.

Avec le lancement d’iTunes au Japon (voir notre actualité du 4 août 2005), Apple est maintenant disquaire dans 20 pays qui couvrent 85 % du marché du disque dans le monde. La firme de Cupertino est devenue un distributeur incontournable de la musique numérique, doté d’un pouvoir marketing sans équivalent.

Malgré cela, Sony a cru pouvoir se dispenser d’Apple et de son Music Store japonais. Sa filiale musicale a refusé de signer un accord avec l’iTMS japonais, pensant ainsi mettre de gros bâtons dans les roues d’Apple. Sans cet accord, iTunes ne peut pas proposer les chanteurs et les groupes les plus populaires au pays (ils ont tous signé avec Sony), alors qu’ils sont présents sur la plateforme Sony Connect. L’enjeu est de savoir si les japonais vont acheter leur musique sur iTunes, et donc les écouter sur un iPod, ou s’ils l’achèteront sur Connect pour l’écouter sur un baladeur Sony.

Mais Sony s’est pris une gifle. Malgré l’absence de son catalogue sur iTunes, il n’aura fallu que quatre jours à la plateforme américaine pour vendre 1 million de titres. Chez lui, au Japon, Sony ne parvient à vendre qu’environ 450.000 titres… par mois.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés