Les autorités russes ont obtenu en justice le blocage de l'accès au site de l'agence de presse tchétchène Kavkaz Center, accusée de diffuser des contenus incitant aux actions terroristes.

Le Jerusalem Post indique qu’un tribunal de Moscou a ordonné aux fournisseurs d’accès à internet russes qu’ils bloquent l’accès au site Kavkazcenter.com, édité par l’agence tchétchène Kavkaz Center. Selon les autorités de Russie, cette dernière serait dirigée par des séparatistes tchétchènes, qui souhaitent créer un état islamiste dans le sud de la région du Caucase Nord. Le tribunal aurait ordonné qu’il soit ajouté à la liste des sites jugés extrémistes, que les FAI russes doivent bloquer au nom de la lutte contre le terrorisme.

Le site, basé en Finlande, ne devrait donc plus être accessible depuis la Russie. Mais le filtrage étant toujours perméable, le Jerusalem Post prévient que « de par la loi, les gens qui naviguent sur le site ou qui en diffusent des contenus seront désormais passibles de poursuites pénales« .

En mars 2011, Reporters Sans Frontières avait dit sa « consternation » en apprenant que « Roskomnadzor, le service fédéral de surveillance dans le domaine des communications, des technologies de l’information et des communications de masse, a lancé un appel d’offres pour la création d’un logiciel de recherche de propos dits ‘extrémistes’ sur Internet, incluant les correspondances privées« . L’appel d’offres courait jusqu’au 15 août, pour une mise en place prévue à la mi-décembre cette année.

« L’usage du futur logiciel suscite de véritables craintes, parce qu’il pourrait remettre en cause la diffusion d’informations critiquant les membres du gouvernement, la diffusion d’informations concernant des organisations ou des mouvements politiques interdits sans mentionner cette interdiction, la diffusion d’informations sur des opérations de contre-terrorisme si cela était considéré comme pouvant nuire à de telles opérations« , redoutait RSF.

Selon la version anglophone de Wikipedia, Kavkaz Center « publie souvent des contenus qui peuvent être définis comme extrémistes et terroristes selon les standards internationaux« . L’encyclopédie collaborative ajoute que l’organisation est « bannie en Russie, et figure sur la liste des Etats-Unis des organisations terroristes les plus recherchées« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés