Etonnant reportage que celui remonté à la surface par l’INA. Daté de 1947, ce reportage préfigurait déjà ce qui allait devenir le quotidien des Français soixante ans plus tard, avec les smartphones et autres tablettes tactiles. « Des postes de poche, grands comme une lampe électrique. Plus besoin d’acheter un journal, on se branchera sur l’émission d’information, ou sur l’éditorial politique, ou sur la chronique de mode, ou sur le compte rendu sportif… Voire même sur un problème de mots croisés« , explique le journaliste, sur fond d’images de ce qui ressemble fort à un téléphone mobile. « Et la rue présentera un singulier spectacle« , ajoute-t-il, devant des passants qui regardent tous leur appareil, tête baissée… comme on le voit quotidiennement aujourd’hui. Saisissant.

La satire, criante de vérité, est aussi politique. Et terriblement vraie. « Les ministres de demain, au lieu d’être choisis pour leur valeur, leur intelligence, leur dévouement à la cause publique, seront choisis pour la séduction de leur sourire, et le velouté de leurs yeux« . Combien de fois a-t-on reproché à Nicolas Sarkozy d’avoir composé un gouvernement de casting TV, et non basé sur les compétences de chacun des ministres ?

Ce document est issu de l’émission « La télévision, oeil de demain », conçue par l’écrivain René Barjavel. « Annonçant ainsi l’omniprésence des écrans, l’internet nomade, la prédominance de la forme sur le fond et les images en trois dimensions. Ce sens troublant de l’anticipation, où l’on sent l’influence de Barjavel, est masqué par un commentaire caustique et une profusion d’images assez loufoques« , commente l’INA. Une belle trouvaille, issue de son dossier sur le futur vu dans le passé.

Si le sujet vous intéresse, vous pouvez également visiter l’excellent site Paleofuture.com, qui s’est fait une spécialité de dénicher les visions de l’avenir imaginées autrefois.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés