L'Arcep a publié son traditionnel observatoire trimestriel sur le très haut débit en France. Alors que le nombre de foyers raccordés à la fibre optique a atteint 1,135 million, le nombre d'abonnements effectifs reste encore très bas. Seuls 140 000 foyers sont raccordés en FTTH ou FTTB, soit un peu plus de 12 % du total.

L’Arcep a publié mardi son observatoire trimestriel sur le développement du très haut débit en France. Les données collectées par l’autorité de régulation des télécommunications montrent que l’adoption du très haut débit par les internautes reste particulièrement lente. Sur le trimestre, seuls 20 000 nouveaux foyers (environ) ont pris un abonnement très haut débit en FTTH.

Dans le détail, l’Arcep indique que le nombre d’abonnement très haut débit est de 520 000 et qu’il a progressé de près de 55 000 au cours de ce trimestre. Sur ce total, 140 000 foyers sont raccordés en FTTH et FTTB (fibre optique jusqu’au domicile de l’abonné et fibre optique jusqu’au bâtiment). Cependant, le nombre total de logements éligibles au très haut débit en FTTH est de 1,135 million.

En pourcentage, cela signifie que seuls 12,33 % des foyers sont effectivement abonnés au très haut débit en FTTH. La progression est très faible, malgré une hausse d’environ 36 % du nombre de logements éligibles aux offres très haut débit en FTTH depuis le 31 mars 2010. L’Arcep note toutefois que ce rythme est un peu plus fort que lors des deux trimestres précédents (+15 000 environ).

Le développement de la fibre optique est l’un des chantiers initiés par le gouvernement dans le domaine du numérique. Une enveloppe de deux milliards d’euros a été mobilisée, suite au grand emprunt de 35 milliards d’euros. L’objectif actuellement suivi est de raccorder 70 % de la population française en très haut débit d’ici 2020. Il restera encore à assurer la transition pour que les abonnés quittent le monde du haut débit pour embrasser celui du très haut débit.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés