Le ministre de l'industrie et de l'économie numérique Eric Besson demande à la chaîne Canal+ d'autoriser YouTube à remettre en ligne une vidéo de 47 secondes dans laquelle il n'apparaissait pas à son meilleur avantage. La vidéo tirée de la Matinale de Canal Plus avait été supprimée au nom des droits d'auteur détenus par le groupe audiovisuel.

C’est à la fois un excellent réflexe de la part du cabinet d’Eric Besson, et une excellente nouvelle pour la prise de conscience politique des problèmes de liberté d’expression engendrés par une défense ultra-conservatrice des droits d’auteur. Ce matin, nous rapportions que YouTube a supprimé une vidéo dans laquelle le ministre Eric Besson se montrait incapable de dire à quoi correspond le préfixe « e » dans les expressions « e-mail », « e-learning », « e-G8 », « e-commerce », etc. Le retrait, intervenu plusieurs jours après la mise en ligne de la vidéo par Korben, l’avait été au nom des droits d’auteur détenus par Canal+ sur l’extrait de 47 secondes copié et distribué sur YouTube.

Or sur Twitter, le ministre Eric Besson annonce que « mon équipe demande à Canal de me remettre mon e-47 secondes…« . Donc de passer outre ses droits d’auteur, au nom de l’information. Le cabinet d’Eric Besson assure par ailleurs qu’il n’était pas du tout à l’origine de la demande de retrait.

La décision n’était pas politique, si l’on en croit également Canal+, mais stratégique. A 15h20, nous avons reçu ce message dans notre boîtes aux e-lettres :

« Bonjour

En réponse au mail de monsieur Philippe Champeau, sachez que les contenus des émissions en clair de canal+ sont diffusés sur notre site canalplus.fr et que les contenus exhaustifs qui sont piratés et mis en ligne sur des plateformes tel que Youtube sont désactivés en accord avec les plateformes au regard de la loi qui régit les droits de propriété intellectuelle.

très cordialement

Régine B.
Direction de la communication
Programmes
Groupe Canal+
« 

Passons outre le fait que nous n’avions pas envoyé de mail mais rédigé un article, qu’il n’y a pas de « Philippe Champeau » à la rédaction mais un « Guillaume » (votre serviteur). Nous avons reçu un message d’erreur en retour lorsque nous avons répondu au mail pour avoir ces deux précisions :

  1. N’y a-t-il de la part de Canal+ aucune tolérance sur la diffusion de très courts extraits d’émissions, à titre d’information ?
  2. Sachant que beaucoup de vidéos de Canal+ restent visibles sur YouTube, quels sont les critères qui vous conduisent à demander le retrait d’une vidéo en particulier ?

Il aurait pourtant été intéressant d’en connaître les réponses. Qu’une chaîne de télévision puisse ainsi interdire la reprise et la diffusion de moins d’une minute d’émission pour obliger les internautes à se rendre sur son site internet pour voir l’extrait (s’il est disponible) a quelque chose de très révélateur sur les dangers du droit d’auteur extrémiste. Imaginez la même chose si les auteurs de livres ou de journaux ne pouvaient pas se citer les uns les autres…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés