Le peer-to-peer pour télécharger de la musique est en recul aux États-Unis. Telle est la conclusion de la compagnie NPD, qui a interrogé un échantillon de 5 549 internautes américains. Entre 2007 et 2010, près de 12 millions d'internautes ont quitté les réseaux P2P, estime NPD. L'étude ne dit pas en revanche où ils sont allés : vers les boutiques en ligne, les services de streaming ou vers le téléchargement direct ?

C’est une nouvelle qui ravira l’industrie du disque. D’après les résultats d’une enquête menée aux États-Unis par la compagnie NPD, le nombre d’internautes téléchargeant des contenus protégés par la propriété intellectuelle sur les réseaux peer-to-peer a considérablement diminué au fil des années. Et la récente fermeture du client LimeWire, décidée par la justice, a accentué cette tendance.

La compagnie NPD explique que le pourcentage d’internautes fréquentant les réseaux P2P pour télécharger de la musique est passé de 16 % (28 millions) au quatrième trimestre 2007 à 9 % (16 millions) trois ans plus tard, à la même période. Or, c’est justement à cette période que la justice américaine a ordonné l’arrêt des activités de LimeWire, après un procès démarré quatre auparavant.

L’étude souligne également la baisse notable du nombre moyen de titres téléchargés par un internaute. Il est passé, entre 2007 et 2010, de 37 à 18 fichiers. Il s’agit évidemment d’une moyenne sur les 5 549 sondés, dans la mesure où certains ne téléchargent qu’une piste ou deux tandis que d’autres rapatrient des centaines de fichiers musicaux sur leur disque dur.

Que font désormais ces millions d’internautes ? L’étude ne le dit pas. Cependant, on devine facilement que ces utilisateurs écoutent de la musique directement en ligne (sur les plates-formes vidéos comme YouTube ou Dailymotion, ou via des services de streaming comme Pandora, Last.fm ou imeem) ou passent désormais par des hébergeurs de fichiers (RapidShare, MegaUpload…).

Malgré le décollage de la technologie BitTorrent, LimeWire était encore très prisé par de nombreux internautes. Selon Music Acquisition Monitor, le client P2P était encore utilisé par 56 % des pirates au troisième trimestre 2010, puis par 32 % au trimestre suivant. La version open source du client, Frostwire, est passé de 10 à 21 % sur cette période, tandis que le client µTorrent (pour le réseau BitTorrent) a grimpé de 8 à 12 %.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés