La chaîne de télévision France 4 diffusera ce soir à 20h35 sur son site web un documentaire consacré au piratage. Un débat suivra ensuite, avec plusieurs invités. Trois thématiques seront développées : "le hacking est-il un acte politique ?", "MP3, Napster, mods : ce que nous devons au piratage" et "les pirates, figures de la culture populaire ?".

Mise à jour – il est désormais possible de revoir le documentaire directement sur le site web de France 4.

Sujet du 24 mars – France 4 diffuse ce soir à 20h30 un documentaire sur le piratage, suivi ensuite d’un débat à 21h45 avec plusieurs intervenants. Trois thèmes seront abordés au cours de cet échange : « le hacking est-il un acte politique ? », « MP3, Napster, mods : ce que nous devons au piratage » et « les pirates, figures de la culture populaire ? ». Le programme pourra être suivi directement en streaming sur le site de la chaîne de télévision.

Selon Frenchweb, la discussion sera notamment animée par Douglas Alves (de l’association MO5), Olivier Pourriol (philosophe) et de Fabrice Epelboin (ancien éditeur de ReadWriteWeb France), autour de Benjemin Muller (journaliste à France 4 et Europe 1). Un mot-clé (#piratagef4) a été créé spécialement pour Twitter, afin de permettre aux internautes de participer au débat sur le réseau social et de poser des questions au fil de la soirée.

Le piratage a déjà fait l’objet de plusieurs documentaires. En France, ces reportages se sont essentiellement intéressés à la loi Hadopi. Kassandre Prod avait ainsi publié en février 2009 un film, sous licence libre, sur la loi Création et Internet, intitulé French Connection v2. Quelques mois plus tard, Envoyé Spécial s’était également intéressé à la question avec un sujet sur la riposte graduée.

À l’étranger, le phénomène du piratage fait également l’objet d’un reportage. En Suède, le réalisateur Simon Klöse a suivi pendant deux ans l’équipe de The Pirate Bay. Le site, célèbre portail spécialisé dans les liens BitTorrent, a cristallisé pendant de nombreuses années les rapports tendus entre internautes et l’industrie du divertissement. Après 200 heures de rushes, le projet est actuellement en post-production.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés