L'alliance du RSS et du P2P est une évidence pour qui s'intéresse aux moyens déconcentrés de diffuser des objets culturels. Le RSS permet de faire connaître les contenus qui seront ensuite distribués grâce à une architecture P2P. Démocratique dans son principe, cette alliance vient d'être à nouveau matérialisée par un service ambitieux, baptisé "Open Media Network". Mais attention aux apparences...

L’Open Media Network (OMN) a un nom qui fait rêver les utopistes. Un Réseau Ouvert de Media, c’est ce que promet en effet Mike Homer, le fondateur d’OMN, bien connu des spécialistes pour être l’un des pionniers du net et avoir figuré parmi les créateurs de Netscape. Il est assisté de Marc Andreesen, lui aussi un vieux de la vieille sur la toile.

Juridiquement, l’OMN est une fondation à but non lucratif. Elle a pour objectif de permettre à des producteurs de diffuser librement leurs contenus, tout en protégeant leurs droits d’auteur. « OMN est un service public gratuit conçu pour vous aider à jouir d’une vaste sélection de films, d’émissions de télévision et de radio, de blogs vidéo et de podcasts, tout en protégeant les droits d’auteurs des producteurs« , peut-on ainsi lire sur la page d’accueil du service.

OMN souhaite devenir un média à part entière, qui réunirait radio et télévision en un seul lieu, facilement accessibles à travers un même logiciel.

Seulement OMN est basé sur la technologie de Kontiki, qui centralise totalement la gestion de la distribution, à la manière de BitTorrent. Si les données sont transmises d’utilisateur à utilisateur, les contenus transmis et la façon dont ils doivent être transmis restent gérés par OMN. Si l’Open Media Network permettra à tout un chacun de soumettre ses flux RSS pour diffuser par exemple des contenus sous licence Creative Commons, le logiciel se repose toutefois sur les DRM de Windows Media pour assurer aux producteurs qui le souhaitent la possibilité de contrôler totalement ce que peuvent faire les utilisateurs.

Non lucratif ?


Le risque pour OMN est ainsi de passer d’un grand espace libre de diffusion des média à un simple système de promotion et de vente des contenus. Les prochaines versions d’OMN, prévues pour cet été, offriront d’ailleurs aux producteurs la possibilité d’installer un système de paiement sécurisé pour permettre aux utilisateurs clients de débloquer les contenus proposés.

Lorsque l’on sait que Kontiki appartient à Mike Homer, on interprête différemment les mots « fondation à but non lucratif ». Près d’un tiers de l’écran de la page d’accueil est consacré à faire la publicité du système Kontiki, « une alternative commerciale à BitTorrent« .

Il y a toutefois de très bonnes idées dans cet OMN, et nous aurions tort de le brûler sous prétexte qu’il n’est pas « DRMement parlant » parfait. Les producteurs seront ainsi appelés à suggérer eux-mêmes certaines indications de base sur les contenus proposés, tels que le « Parental Guidance » (âge minimum requis), mais ce sont au final les utilisateurs qui pourront modifier ces informations selon leurs propres sensibilités. Le public sera également invité à noter les contenus selon une échelle désormais standard allant de 1 à 5, pourra ajouter des metadata, réorganiser les contenus, ou encore signaler les contenus suspects.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés