Après Google, Eric Schmidt va peut-être se reconvertir dans la politique. Un faisceau d'indices laisse à penser que le PDG de Google, qui quittera ses fonctions le 4 avril, va être nommé secrétaire du commerce par Barack Obama. Si cela se confirme, Eric Schmidt sera notamment convié à des réunions portant sur le piratage et la propriété intellectuelle.

Après dix ans passés à la tête de Google, Eric Schmidt est sur le point de passer le flambeau. Le 4 avril prochain, le directeur général de la firme de Mountain View confiera son poste de PDG à Larry Page, l’un des deux cofondateurs de Google. Après cette date, Eric Schmidt occupera une fonction de président exécutif. Quant à Sergey Brin, l’autre cofondateur, il sera chargé de conduire la stratégie du groupe.

Or, la carrière d’Eric Schmidt chez Google après cette passation de pouvoir pourrait être de courte durée. En effet, Business Insider affirme que l’homme d’affaires pourrait être prochainement nommé par Barack Obama comme prochain secrétaire du commerce des États-Unis. L’actuel secrétaire, Gary Locke, va représenter prochainement les intérêts américains en Chine comme nouvel ambassadeur.

À la disponibilité prochaine d’Eric Schmidt s’ajoute le soutien de Clyde Prestowitz, ancien conseiller républicain auprès du président Ronald Reagan. La nomination de l’ancien PDG de Google par Barack Obama pourrait visiblement visiblement être soutenue par les sénateurs démocrates et républicains. La confirmation d’Eric Schmidt à ce poste devra être validée par les parlementaires.

Comme secrétaire du commerce, Eric Schmidt participera notamment aux réunions de l’administration Obama sur le piratage et la propriété intellectuelle. Fin 2009, le vice-président Joe Biden avait organisé une rencontre à la Maison Blanche entre les ayants droit, les lobbies, l’administration Obama et des responsables de la sécurité américaine, dont Gary Locke.

Il sera vraisemblablement amené à travailler avec Ron Kirk, le représentant américain au commerce. Celui s’occupe notamment de l’ACTA, l’accord international controversé sur la lutte contre le piratage et la contrefaçon. Les États-Unis ont publié la version finalisée du document en novembre. La ratification par les pays partenaires doit survenir cette année.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés