L'avenir s'annonce un peu plus difficile pour les régies publicitaires. En effet, le législateur planche sur un encadrement plus important des cookies afin de préserver la confidentialité des informations personnelles des internautes. Du côté des navigateurs web, des fonctionnalités limitant la publicité ciblée émergent également.

Adopté en novembre 2009 par le Parlement européen, le paquet télécom ne cherche pas uniquement à réaffirmer l’indépendance des régulateurs nationaux par rapport au pouvoir exécutif. La directive européenne a a également pour mission de renforcer l’encadrement des cookies informatiques, afin de préserver la vie privée des internautes lorsqu’ils naviguent sur Internet.

Dans ce domaine, il semble que le gouvernement français soit partisan d’une ligne dure. Interrogé par l’AFP, un responsable du Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie a expliqué que « les cookies concernés sont ceux qui conservent les données personnelles des internautes« . Pas question de s’attaquer à « ceux servant à faciliter la navigation » est-il précisé.

Chez les professionnels de la publicité en ligne, l’hypothèse d’un durcissement de la législation est forcément mal accueillie. « Un certain nombre de directives dans le paquet télécom mettent en avant le fait que pour l’utilisation des cookies, on se retrouverait dans des situations de limitations extrêmes, ce qui serait pour nous très pénalisant et contraignant » a commenté le président d’IAB France.

Même son de cloche chez la directrice générale du Syndicat des Régies Internet. « Tout le secteur de l’Internet s’attend à un durcissement de réglementation, c’est une certitude« . La question des données personnelles sur Internet « est un sujet assez passionnel dans la mesure où il fait peur aux utilisateurs et donc les pouvoirs publics ont tendance à être assez durs« .

« On fait parfois un peu trop vite amalgame ente utilisation des données de ciblage et données personnelles. L’utilisation des outils de ciblage permet une meilleure pertinence de la publicité et a donc un intérêt pour l’utilisateur également, surtout que tous ces cookies permettent également une navigation beaucoup plus simple » a-t-elle ajouté.

Un avis loin d’être partagé par l’ensemble des internautes. Nombre d’entre eux considèrent que ces cookies sont des témoins de connexion trop loquaces avec les régies publicitaires. Beaucoup utilisent d’ailleurs des navigateurs équipés d’extensions capables de diminuer leurs traces en ligne, comme les historiques de sites visités. Avec la même obsession : éviter la publicité ciblée.

Les éditeurs de navigateurs web, eux, n’ont pas attendu que la législation se mette en place. La fondation Mozilla a ainsi dévoilé une nouvelle solution de compromis entre utilisateurs et régies publicitaires. L’objectif est de limiter l’intrusion de la publicité ciblée lors de la navigation de l’internaute sans pour autant bloquer l’ensemble des contenus publicitaires du web.

L’effort porte en effet uniquement sur le suivi des cookies. Intégré dans la beta 11 de Firefox 4, l’utilitaire Do Not Track (c’est son nom) ne sera toutefois efficace à la condition que les régies publicitaires jouent le jeu et acceptent de lâcher du lest. Plus facile à dire qu’à faire ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés