Après la PlayStation 3, le Xperia Play ? Sur son blog, GeoHot a laissé entendre qu'il comptait se pencher sur la prochaine console portable de Sony. Le hacker, poursuivi par l'entreprise japonaise pour avoir hacké la PS3, espère profiter de l'exception au DMCA introduite par la Bibliothèque du Congrès l'an dernier.

Les relations qu’entretiennent actuellement GeoHot et Sony risquent de ne pas s’améliorer cette année. Déjà sous le coup d’une ordonnance restrictive dans le cadre de l’enquête sur le piratage de la PlayStation 3, le jeune hacker de 21 ans risque fort de susciter à nouveau l’ire de l’entreprise japonaise. En effet, celui-ci a bien l’intention de s’intéresser au Xperia Play, la nouvelle console portable de Sony.

Sur son blog, via Gadget DNA, George Hotz a indiqué qu’il « sera la première personne sur la ligne de départ lors du lancement du Xperia Play« , évoquant à cette occasion un nouveau projet en relation avec la prochaine console portable de Sony. S’il n’a pas détaillé davantage ses intentions, il semble assez clair que GeoHot a l’intention de développer des outils de contournement.

Si George Hotz se lance dans cette aventure, il est évident que Sony ne restera pas inactif. À nouveau, la bataille portera sur le Digital Millennium Copyright Act (DMCA), qui est aux États-Unis ce que la DADVSI est à la France. Cette loi interdit le contournement des mesures techniques de protection (DRM), ce qui avait permis à Sony de s’attaquer aux hackers de la PS3.

Il faut néanmoins rappeler que la Bibliothèque du Congrès des États-Unis avait considéré en juillet dernier que le jailbreak de l’iPhone était licite dans certaines conditions, ajoutant qu’un fabricant ne pouvait pas invoquer le DMCA pour empêcher simplement les utilisateurs d’installer des applications de leur choix sur le système d’exploitation de leur choix.

L’exception introduite dans le DMCA n’empêchera vraisemblablement pas Sony de tout faire pour freiner l’avancée du projet de GeoHot. Les entreprises ne sont en effet guère passives à l’idée de voir leurs produits être détournés d’une façon ou d’une autre. Même si la démarche est autorisée, certaines firmes sortent des correctifs pour combler les failles exploitées ou pour limiter certaines fonctionnalités.

Même à supposer que Sony se lance dans une bataille judiciaire perdue, il est toujours contraignant pour l’autre partie de supporter le fardeau d’un procès. Et c’est sans nul doute sur ce point-là que la firme japonaise peut faire plier les hackers.

Le Xperia Play, anciennement surnommé PlayStation Phone, est le croisement entre un téléphone mobile et une console de jeu portable. Équipé du système d’exploitation mobile Android 2.3 (Gingerbread), le Xperia Play de Sony Ericsson veut ainsi réussir là où le N-Gage de Nokia avait échoué. La commercialisation du Xperia Play doit survenir dans les prochains mois.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés