LG s'attaque à Sony sur le terrain de la propriété intellectuelle. Le constructeur sud-coréen accuse son rival japonais d'avoir enfreint huit brevets, dont quatre touchent au Blu-Ray. L'affaire a été portée à la connaissance de l'ITC, l'agence fédérale américaine chargée des questions commerciales.

La technologie Blu-Ray va-t-elle subir les affres de la guerre des brevets ? Outre-Atlantique, le constructeur sud-coréen LG Electronics a engagé les hostilités sur ce terrain en déposant plainte contre la firme japonaise Sony. L’action en cours, menée auprès de l’International Trade Commission (ITC), doit déterminer si la propriété intellectuelle de LG Electronics a été violée.

Au total, LG accuse son concurrent d’avoir enfreint huit brevets différents, dont la moitié porte sur des techniques utilisées dans les lecteurs Blu-Ray de Sony. La PlayStation 3 est également concernée, puisqu’elle embarque un lecteur Blu-Ray. Les quatre autres brevets concernent des technologies présentes dans les téléviseurs Bravia, l’une des gammes que Sony commercialise.

L’affaire est évidemment prise au sérieux chez Sony. En effet, l’ITC est une agence fédérale dédiée aux questions commerciales et dont les prérogatives peuvent aller jusqu’à l’interdiction d’un produit. Si une infraction est effectivement constatée, LG pourrait obtenir l’arrêt provisoire de la commercialisation de la PS3 et des téléviseurs Bravia aux États-Unis.

Les accusations en matière de propriété intellectuelle ne sont jamais simples à résoudre, surtout aux États-Unis. Il faut en effet parvenir à distinguer ce qui peut relever de l’inspiration, de l’idée de ce qui peut constituer réellement une infraction. Et bien souvent, la limite séparant l’inspiration de la copie est particulièrement mince.

Le système des brevets est malheureusement conçu de telle façon que le risque de breveter un concept général plutôt qu’une véritable technologie distincte est grand. Si une société parvient à breveter un concept novateur qui peut conduire à des possibilités prometteuses – en particulier sur le plan commercial -, elle pourrait fort bien bloquer la concurrence… et tuer l’innovation.

La plainte déposée par LG Electronics n’est pas condamnée à connaître une issue funeste. Il est toujours possible que les deux entreprises règlent leurs différends à l’amiable, pour éviter une longue et coûteuse bataille judiciaire. D’autant que les conséquences d’un procès perdu pourraient être bien plus graves.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés