La chaîne de télévision qatarie Al Jazeera a adopté les licences Creative Commons pour certains de ses contenus. C'est notamment le cas des photos et des vidéos retraçant l'actualité en Égypte et en Tunisie. Le choix des licences libres favorisera la diffusion licite de ces contenus.

Mise à jour : En étant la seule chaîne anglophone à avoir couvert en permanence les manifestations en Egypte, et grâce à son utilisation intensive du web, notamment via Twitter et son stream vidéo, Al Jazeera sortira grande gagnante du soulèvement populaire dans le monde arabe. Le graphique suivant produit par Alexa montre la progression d’Al Jazeera depuis 3 mois, comparée à CNN qui était la chaîne internationale de référence. Financée en grande partie par le gouvernement du Qatar, longtemps diabolisée aux USA pour sa couverture des guerres d’Afghanistan et d’Irak, Al Jazeera a gagné une très forte notoriété dans le monde occidental. Et sans doute une crédibilité qui devrait beaucoup agacer ceux qui estiment que la chaîne promeut l’islamisme dans le monde.

Article du 29 janvier 2011 –

C’est une utilisation très intelligente des licences Creative Commons. Contrairement à de nombreux médias qui protègent leurs images en optant pour une licence bien souvent restrictive, Al Jazeera suit une toute autre démarche. La chaîne de télévision qatarie a en effet choisi de placer une partie de ses contenus sous licence libre. Une décision heureuse à l’heure où les Égyptiens manifestent leur colère contre Hosni Moubarak.

La présence des licences Creative Commons dans le flux des informations d’Al Jazeera se situe à deux niveaux. Du côté des vidéos, la chaîne de télévision propose un site dédié, Al Jazeera Creative Commons Repository, offrant un accès aux dernières séquences qui font l’actualité. Les internautes pourront voir des vidéos concernant l’Égypte et la Tunisie, mais aussi l’Irak, le Liban ou encore la bande de Gaza.

Du côté des photos, Al Jazeera dispose d’un compte sur Flickr dans lequel la chaîne regroupe les derniers clichés en sa possession. Là encore, plusieurs thèmes sont disponibles. Regroupés en sets, ils touchent aux manifestations égyptiennes, à la situation au Soudan, aux élections irakiennes ou encore au pèlerinage vers les lieux saints de l’Islam.

Si la démarche est identique dans les deux cas, Al Jazeera a opté pour deux contrats Creative Commons différents. Pour les séquences télévisées, la chaîne qatarie propose une licence Creative Commons BY. Cela signifie que l’utilisateur peut diffuser, modifier ou exploiter la vidéo aussi longtemps qu’il mentionne son origine (paternité).

Les photos en revanche sont couvertes par une licence Creative Commons un peu plus restrictive : BY-ND. Selon le contrat, l’utilisateur n’a « pas le droit de modifier, de transformer ou d’adapter cette création » (pas de modification).

La décision d’Al Jazeera d’opter pour les licences libres est une bonne nouvelle pour l’information. En effet, elles ont pour objectif – en plus d’assouplir le droit d’auteur – de favoriser la circulation licite des contenus. À l’heure où des protestations éclatent dans de nombreux pays arabes, la chaîne de télévision donne indirectement un coup de pouce aux manifestants et à leurs soutiens étrangers en mettant à disposition de l’actualité libre.

( photo : CC BY-ND Al Jazeera )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés