Lors d'une conférence de presse, Facebook a de nouveau démenti les rumeurs évoquant le développement d'un "Facebook Phone". Le fondateur du réseau social, Mark Zuckerberg, a expliqué qu'un tel projet irait à l'encontre des intérêts de la société.

Cette fois, c’est sûr. L’éventualité d’un téléphone portable conçu par Facebook est définitivement écartée. Au cours d’une conférence de presse qui s’est déroulée hier dans les locaux du réseau social en Californie, Mark Zuckerberg a donné le coup de grâce à une rumeur qui courait depuis septembre dernier. Le site communautaire veut rester dans son domaine de prédilection : le social.

« En premier lieu, nous ne sommes pas un fabricant de matériel. Ensuite, notre objectif n’est pas de vendre quoi que ce soit de physique ; notre but est de faire en sorte que tout puisse être social » a expliqué Mark Zuckerberg, dans des propos relayés par Mashable. « Il serait assez stupide pour nous d’aller chercher une stratégie axée sur la vente d’un petit nombre de téléphones » a-t-il constaté.

À l’heure actuelle, Facebook est incontestablement le réseau social le plus fréquenté au monde. Avec plus de 500 millions de comptes, la domination du réseau social est incontestable. Du côté des téléphones mobiles, de nombreuses applications ont été développées pour permettre aux membres du site de rester connecter. Il en existe pour l’iPhone, Android, BlackBerry, Windows Mobile, Nokia, Palm ou encore Sony Ericsson.

Entrer sur le marché des smartphones avec son propre produit occasionnerait un double défi pour Facebook. D’une part, le réseau social arriverait sur un marché déjà fortement concurrentiel. Même en écoulant plusieurs millions d’appareils, Facebook resterait bien en dessous des performances de certains constructeurs. Pas sûr que cela serve les intérêts du réseau social d’arriver dans un secteur pour être minoritaire.

Ensuite, Facebook risquerait de tendre quelque peu ses relations avec les différents constructeurs en les défiant ouvertement. « Nous travaillons en permanence pour une intégration de plus en plus poussée » a expliqué Mark Zuckerberg. En venant marcher sur les plates-bandes d’Apple, BlackBerry ou encore Nokia, le réseau social risque surtout de produire l’effet inverse.

« Nous ne vendons pas de matériel. Ce n’est tout simplement pas notre truc. Et c’est vraiment dommageable pour nous que cette rumeur soit apparue, parce qu’ensuite les personnes avec lesquelles nous sommes partenaires pensent que nous sommes des concurrents » a-t-il conclu.

Fin septembre, Mark Zuckerberg avait pourtant laissé entendre que le réseau social ne fermait pas complètement la porte à de nouveaux projets. Interrogé par Techcrunch, le fondateur du réseau social avait expliqué que la conception d’un système d’exploitation mobile pouvait toujours être envisageable dans dix ansÉventuellement.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés