Un grand débat est entrain de se nouer actuellement entre les partisans d'une licence légale et ceux qui la refusent. Et le débat n'est pas entre les pro-P2P et les anti. Au sein de la filière musicale, la Sacem est contre, l'Adami est pour. Dans le public, le Nouvel Obs et ses signataires se sont prononcés plutôt pour, alors que la ligue Odebi est contre. Outre des arguments idéologiques et économiques tout à fait recevables et importants, les opposants à la licence légale prétendent souvent qu'elle serait bien trop coûteuse. Voici l'avis qu'un lecteur nous a fait parvenir par e-mail :

« Bonjour,

J’ai lu les deux interviews de Laurent Petitgirard et le chat d’Hervé Rony. Un point qu’ils mentionnent tous deux, et qui revient souvent c’est celui consistant à dire qu’une licence légale ne pourrait jamais combler les centaines de millions d’euros générés par le marché de la musique.

Bon ben j’ai voulu vérifier quoi !

http://www.pcinpact.com/…tous_des_pirates.htm

« Selon les chiffres du Syndicat National de l’Edition Phonographique (SNEP), les ventes de disque (albums, singles et vidéo) en France ont rapporté en 2004 un chiffre d’affaires de 953 Millions d’Euros, en baisse de 14,3 % par rapport à 2003 »

Bon allez, on va pas être radin, on va dire 1 Milliard d’euro.

En France il y a 17 500 000 foyers fiscaux (http://www2.impots.gouv.fr/…TableauB.xls), et 34 000 000 lignes téléphoniques (www2.journaldunet.com/…/ligne_fr.shtml).

On va donc partir sur les hypothèses de calcul suivantes.

Un jour proche, la vente de CD sera devenue nulle et Internet sera la seule source de récupération de la musique. Il faut donc considérer que la licence légale doit à terme pouvoir financer toute la création musicale.

On va compter 20 000 000 de lignes ADSL grand public à terme ce fameux jour où tout le monde sera équipé (sachant que de toute façon un foyer non équipé ne peut pas trop pirater).

On divise donc 1 Milliard d’euro par 20 000 000 de lignes ADSL grand public, le tout par 12 pour avoir un prix par mois et on tombe sur (roulement de tambours)

1 000 000 000 / 20 000 000 / 12 = 100 / 2 / 12 = 50 / 12 = 4,16 € par mois ! ! ! ! ! ! Putain de Dieu mais qu’on la mette en place cette licence de mes couilles et qu’on arrête de nous faire chier ! (excusez la vulgarité de notre lecteur énervé, ndlrc)

Pour les films :
http://www.latribune.fr/Dossiers/…7?OpenDocument
(Lire l’article en entier il est super intéressant)

En gros on arrive à 1,2 Milliard pour le DVD , le même calcul donne pile 5€.

Si sur chaque ligne ADSL on nous prélève 15€ par mois, on ramène l’ADSL aux prix auquel le marché était il y a 2 ans, et on rendrait plus d’argent à l’industrie de la musique et du cinéma que ce qu’elle gagne à l’heure actuelle

Et je n’ai pas même pas pris en compte le fait qu’il n’y aurait plus besoin de fabriquer les CD et les DVD, de les distribuer.

En gros je dis que si on instaure une loi où les fournisseurs d’accès ont obligation de comptabiliser les téléchargements de fichiers avec interdiction de stocker des informations particulières à un utilisateur pour respect de sa vie privée, et qu’ils doivent communiquer ces chiffres et reverser une taxe de 10 à 15 euros aux sociétés de gestion (existantes) des droits d’auteur de la musique, du cinéma, de la télévision et de l’édition, taxe dont le prix serait reporté dans l’abonnement Internet final de l’utilisateur, on donne la liberté complète aux gens de faire ce qu’ils veulent avec leurs fichiers et on rémunère plus et mieux la création qu’à l’heure actuelle pour 1200 francs par mois.

Pour rappel, on paye 116 euros par an, soit 760 francs pour une redevance télé pour 3 chaînes de télévision alors… « 

Avant d’apporter un point final à cette news, rappelons aux anti-« licence légale » voire aux anti-P2P qu’ils peuvent nous faire part de leur avis en nous écrivant pareillement (si possible avec un peu plus de formes ;-)) à l’adresse suivante :

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés