En cas de victoire en 2012, le Parti socialiste mettra un terme à la loi Hadopi. C'est ce qu'a assuré Christian Paul lors de l'émission Ça vous regarde sur la chaîne LCPAN. Des propos qui ont agacé son contradicteur, Franck Riester, qui a accusé le PS de faire dans la démagogie avec ce texte de loi.

Repérée par PC Inpact, l’émission Ça vous regarde sur La Chaîne Parlementaire Assemblée nationale (LCPAN) a été le théâtre d’une passe d’arme entre Franck Riester, ancien rapporteur de la loi Hadoi à l’Assemblée nationale et aujourd’hui membre du collège et de la Commission de Protection des Droits de l’Hadopi, et Christian Paul, député socialiste de la Nièvre connu pour son opposition marquée à ce texte de loi.

En présence de Mireille Imbert-Quaretta, la présidente de la Commission de Protection des Droits, et de Jérémie Zimmermann, co-fondateur et porte-parole de la Quadrature du Net, l’élu a dévoilé les intentions du Parti socialiste dans le cas où il remporterait les prochaines élections présidentielles de 2012. Il assure que le PS mettra un terme à l’expérience de la Hadopi et qu’il proposera à la place un projet alternatif qui financera véritablement la filière culturelle.

« Nous avons l’intime conviction qu’il n’est (Hadopi, ndlr) en aucune façon favorable à la culture, ça a été très bien dit d’ailleurs par les internautes qui ont parlé tout à l’heure, et qu’en plus il est en effet susceptible de mettre en danger la vie privée » a expliqué Christian Paul, peu après la 17e minute de l’émission.

« Et donc je le dis très clairement ce soir […], s’il y a en 2012 alternance à la suite du rendez-vous démocratique des élections, nous abrogerons la loi Hadopi et nous mettrons fin à l’existence de cette autorité, qui est encore une fois pour nous fondée sur une vision totalement archaïque de ce que sont aujourd’hui Internet et la culture qui est le signe d’une totale impuissance quant au financement de la culture » a-t-il ajouté.

Des propos qui ont évidemment agacé Franck Riester, qui a laissé entendre que le Parti socialiste était dans la démagogie la plus totale en promettant la suppression des lois qui ne flatteraient pas les Français.

L’an dernier, le député de la Nièvre avait publié une tribune dans nos colonnes dans laquelle il présentait la vision de son parti politique pour financer la filière culturelle. Il y proposait alors de lancer un chantier pour mettre en place une « contribution créative » qui permettrait, pour quelques euros par mois, apporter un financement pérenne de la création. Une solution qui serait beaucoup plus efficace que la Hadopi, qui se concentre sur les internautes resquilleurs, au lieu d’apporter des solutions de financement.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés