Suffit-il d'éviter les mots qui fâchent pour faire passer une application pour BitTorrent sur l'App Store ? C'est le signe que semble envoyer la validation d'IS Drive, une application qui permet d'ordonner à distance des téléchargements sur le réseau P2P.

Très regardant sur les applications proposées à ses clients sur l’App Store, Apple n’a jamais accepté que l’iPhone puisse servir à initier des téléchargements sur BitTorrent. Il a régulièrement refusé des applications dédiées au protocole Peer-to-Peer, au motif que « cette catégorie d’applications est souvent utilisée dans le but de violer les droits des tiers« . « Nous avons choisi de ne pas publier ce type d’application sur l’App Store« , expliquait la firme de Cupertino aux développeurs qui tentaient de faire référencer leurs clients BiTorrent, ou même de simples applications de contrôle à distance des téléchargements.

Mais TorrentFreak rapporte que le développeur Derek Kepner a pu faire référencer sur l’App Store son application IS Drive, en évitant soigneusement d’employer tout vocabulaire qui évoque explicitement BitTorrent.

D’abord diffusée sur Cydia sous le nom de Jack Torrents, l’application vendue 4,99 $ permet d’utiliser depuis un iPhone le service de téléchargement de torrents proposé par ImageShack (qui n’est qu’en Beta a priori réservée aux Américains). Il est ainsi possible de coller dans l’application l’URL d’un fichier .torrent, qui sera téléchargé automatiquement par ImageShack. A la fin du téléchargement, l’utilisateur peut récupérer le fichier par le protocole standard http – ce qui évite au passage d’être vu par les radars des chasseurs de pirates.

« J’ai toujours eu l’impression que si je n’appelais pas l’application un « client BitTorrent », Apple la laisserait probablement passer« , explique Kepner, qui a vu juste. « J’ai fait très attention dans cette version à ne pas utiliser le gros mot ‘torrent’, et je continuerai à ajouter de nouvelles fonctionnalités en faisant attention« .

Reste à voir s’il s’agit juste d’une question de vocabulaire pour Apple, ou si la firme n’avait pas tout à fait compris à quoi servait l’application. Seul l’avenir d’IS Drive sur l’App Store nous le dira.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés