Apple a rejeté de l'App Store l'application pour iPhone Drivetrain, qui devait permettre aux utilisateurs de contrôler à distance leur client BitTorrent Transmission.

Minority Report nous avait prévenu, la présomption de culpabilité est à la mode. Apple a rejeté de son App Store une application pour iPhone qui permettait aux utilisateurs de contrôler à distance les téléchargements qu’ils ont lancé sur BitTorrent.

Maza Digital, le créateur de l’application Drivetrain rejetée par la firme de Cupertino, explique que son logiciel permettait de contrôler les téléchargements réalisés avec Transmission, un client BitTorrent très présent sur Mac OS X. Mais il raconte qu’il a d’abord reçu d’Apple un e-mail pour l’informer que Drivetrain nécessitait « un temps supplémentaire inattendu » pour passer le processus de validation, puis un autre courrier l’informant que l’application avait été rejetée.

« Cette catégorie d’applications est souvent utilisée dans le but de violer les droits des tiers. Nous avons choisi de ne pas publier ce type d’application sur l’App Store« , explique sobrement Apple dans son courrier.

La société décide ainsi de censurer une application non pas parce qu’elle pose un problème de sécurité, ou parce qu’elle pourrait choquer les âmes sensibles, mais parce qu’une majorité d’utilisateurs risque de s’en servir pour des activités que le droit d’auteur réprouve. Et tant pis si BitTorrent sert aussi à diffuser des œuvres libres de droit, des livres, des démos de jeux vidéo et bien d’autres contenus. Et tant pis, surtout, si Apple n’a jamais connaissance des activités prétendument illicites de ses clients. La présomption vaut crime.

Maza Digital estime que la raison avancée par Apple pour rejeter son application est « ridicule », et précise qu’un « client BitTorrent ou le protocole BitTorrent ne sont pas illégaux », et « ne violent aucun droit d’aucun tiers ». En se connectant simplement à l’interface web de Transmission, Drivetrain ne donne lui-même accès à aucun contenu contrefait, et permet simplement aux utilisateurs de contrôler leurs téléchargements (arrêter, reprendre, annuler…), et de lancer des téléchargements en donnant uniquement l’URL du fichier .torrent à télécharger, et non le .torrent lui-même.

L’éditeur en conclut donc qu’Apple « semble avoir décidé que toute application qui a quelque chose à voir avec BitTorrent est traitée comme quelque chose (…) qui doit être rejeté« .

De fait, selon nos observations, l’App Store ne propose aucune application pour BitTorrent ou eMule.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés