Dans un souci de protéger son image de marque trop associée aux téléchargement de fichiers piratés, la société allemande RapidShare avait entrepris au mois d’avril de réclamer la propriété des noms de domaine exploitant directement, ou indirectement, sa marque commerciale. La plupart du temps, les sites attaqués étaient ceux qui proposaient un forum ou un moteur de recherche permettant de retrouver des fichiers illicites hébergés sur le service de stockage et de téléchargement de fichiers.

Dans cette quête, basée sur la procédure arbitrale UDRP, RapidShare connaît des fortunes diverses. En juillet, l’OMPI a refusé d’octroyer au demandeur le nom de domaine RapidBay.net, au motif que les mots « Rapidbay » et « Rapidshare » n’étaient pas assez proches pour créer de la confusion dans l’esprit du public. Mais le mois suivant, l’OMPI a accepté de transférer à Rapidshare le nom de domaine RapidPiracy.com, avec des arguments dont l’Allemand aura du mal à se prévaloir.

« Le Plaignant (Rapidshare, ndlr) propose des services de partage de fichiers« , et « ‘Piracy’ est un terme qui est depuis longtemps associé à la création ou au partage illicite de contenus protégés sur Internet« , remarque l’arbitre du conflit. S’il ne va pas jusqu’à dire que le partage (« Share ») et le piratage (« Piracy ») sont synonymes, il écrit diplomatiquement que RapidPiracy pourrait « suggérer une version illicite » de RapidShare. Il a en plus noté que la marque allemande figurait trois fois en page d’accueil de RapidPiracy, ce qui amplifiait la confusion.

En revanche, RapidShare n’a pas pu obtenir le nom de domaine Rapid.org, qui hébergeait un forum dédié au partage de liens de films, musiques ou logiciels piratés. L’affaire a pu être traitée facilement, puisque l’arbitre (le même que celui qui a traité de RapidPiracy) a constaté que le nom de domaine avait été enregistré en septembre 2003, bien avant que RapidShare ne soit créé par la société allemande.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés