Regards Citoyens et Transparence International France ont mis au point un outil collaboratif très simple à utiliser pour réaliser une base de données des lobbyistes les plus écoutés en France par les parlementaires.

L’initiative pourrait aboutir à un résultat des plus instructifs sur l’influence que détiennent certains lobbyistes dans la préparation des lois au Parlement. Le collectif Regards Citoyens, déjà à l’initiative de l’excellent site NosDéputés.fr, se sont associés à l’organisation Transparence International France pour mettre à jour l’activité des lobbyistes à partir des rapports parlementaires officiels.

« L’influence des lobbyistes à l’Assemblée nationale est difficile à quantifier du fait des diverses formes qu’elle peut prendre : discussions informelles, réunions en tête-à-tête, suggestions d’amendement… La seule information fiable à ce jour sur les contacts qu’ils peuvent entretenir avec les députés se trouve dans les listes d’auditions présentées en annexes des rapports parlementaires« , explique Regards Citoyens. « Ces rapports sont la synthèse du travail mené par des députés visant à étudier l’impact d’un projet de loi ou à réaliser un travail de contrôle. De nombreux entretiens sont conduits afin de collecter les points de vue d’un maximum d’acteurs concernés. L’étude des personnes auditionnées dans le cadre de ces rapports devrait dès lors permettre d’établir une première cartographie des  » influenceurs  » jugés importants par les députés« .

Le collectif s’est fait une spécialité de compiler d’importantes masses de données officielles pour éclairer l’activité des élus et faciliter la participation citoyenne aux débats parlementaires. Pour ce nouveau travail, il a rassemblé l’ensemble des rapports parlementaires publiés depuis les dernières élections législatives de 2007, et extrait 15 000 noms de personnes auditionnées.

Pour les identifier, l’équipe a mis un outil collaboratif d’une géniale simplicité d’utilisation, qui permet à chacun de prendre quelques minutes pour participer à l’enrichissement de la base de donnée. L’outil extrait automatiquement et au hasard les noms figurant dans les rapports qui n’ont pas encore été traités, et propose à l’internaute de dire rapidement quelle est la fonction de la personne, et l’organisation pour laquelle il travaille. La plupart du temps l’information figure déjà sur la partie extraite du rapport, et il suffit de le copier-coller. Sinon, une recherche Google permet souvent de trouver l’information.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés