Parmi les très nombreux problèmes qui se profilent pour l’Hadopi, il en est un qui ne l’empêchera pas de travailler mais qui risque de devenir une véritable gageure pour sa communication : le phishing. Alors que nous évoquions plus tôt aujourd’hui l’envoi de faux mails de l’Hadopi qui créent la panique chez les internautes, le secrétaire général de la Haute Autorité Eric Walter a évoqué le sujet aujourd’hui dans le Buzz Média Orange-Le Figaro.

« Ce qu’on sait du mail, c’est qu’il sera très probablement au format texte pour éviter toute forme de faux, voire même d’escroqueries qui pourraient circuler« , a ainsi expliqué Eric Walter. « Ce point est très important parce que l’on voit déjà apparaître, plutôt aux Etats-Unis, des escroqueries, des fausses demandes de paiement d’amende par Internet« , explique-t-il. Il faut dire qu’outre-Atlantique, la RIAA qui représente les maisons de disques avait mis en place une véritable plate-forme e-commerce pour traiter les règlements qu’elle obtenait de ses suspects contre la promesse de ne pas porter plainte. Elle a fait le bonheur d’escrocs qui ont imité ses mails pour récolter des paiements à sa place.

En France, rappelle Eric Walter, « il faut bien savoir que la Haute Autorité ne demandera jamais de payer une quelconque amende« . « C’est le juge qui doit décider, donc quiconque reçoit une demande de paiement de la Haute Autorité, laissez tomber« , plaisante-t-il.

Mais le fait pour l’Hadopi d’envoyer ses mails au format texte plutôt qu’au format HTML n’est en aucun cas une protection, pour la raison évidente que ça n’est pas l’Hadopi qui expédie les mails de phishing, mais les escrocs. Or le phishing peut assez facilement se dissimuler (surtout grâce aux webmails) derrière un mail HTML qui prend l’apparence d’un message au format texte. Rien n’empêche non plus de créer un mail texte et de miser sur la crédulité du destinataire, grâce à des formulations convaincantes.

Plus fondamentalement, si les faux mails se multiplient, l’Hadopi risque de dépenser davantage d’énergie à faire connaître le type de message qu’elle envoie pour aider les internautes inquiets à distinguer les vrais des faux, qu’à communiquer sur la finalité de sa mission. Elle ne dira plus « Si vous ne protégez pas votre accès à Internet, vous recevrez un e-mail d’avertissement« . Mais « Faites attention si vous recevez un mail d’avertissement, il ne vient pas de l’Hadopi« . Dur dur.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés