Ils s’étaient amusés à poursuivre avec succès l’UMP, lorsque le parti présidentiel avait diffusé sur son site et sur Dailymotion un meeting dans lequel l’une de leur chanson avait été jouée – et donc reproduite sur Internet, sans autorisation. De notoriété publique, le groupe MGMT n’est pas un acharné de la lutte contre le piratage, loin s’en faut. S’il avait poursuivi l’UMP, c’était uniquement pour montrer que « ceux qui préconisent la chasse aux internautes ne sont pas les plus respectueux du droit des artistes« , comme l’avait expliqué leur avocate.

Il n’est donc pas étonnant de voir MGMT réagir de la meilleure des manières à la diffusion avant sa sortie officielle de leur nouvel album, Congratulations. Plutôt que de partir à la chasse aux .torrents, le groupe a mis en ligne sur son site l’intégralité de l’album en streaming. A défaut d’avoir l’autorisation de leur maison de disques Sony Music de faire mieux.

« Salut tout le monde, l’album a fuité, et nous souhaitions que vous puissiez l’écouter chez nous. Nous voulions l’offrir en téléchargement gratuit, mais ça n’avait de sens aux yeux de personne sauf nous« , regrette le groupe dans un message introductif. Le groupe semble donc avoir eu l’autorisation de Sony pour mettre son album en écoute gratuite, mais pas pour proposer son téléchargement.

A moins qu’il ne s’agisse d’une opération marketing orchestrée de bout en bout par Sony, mais qu’importe. Si c’est le cas, c’est de toute façon pensé à l’envers. Le site propose aux internautes de laisser leur adresse e-mail pour recevoir une newsletter permettant de rester en contact avec les fans, mais il n’y a aucune incitative à le faire. Il aurait été tellement plus efficace, d’un point de vue marketing, d’offrir le téléchargement en envoyant le lien par e-mail, et de renvoyer par exemple quelques jours plus tard un autre e-mail proposant différents coffrets à valeur ajoutée que les fans auraient pu acheter…

Mais à la place, Sony a préféré mettre en place le streaming d’une version basse qualité de l’album, et laisser les internautes télécharger l’album gratuitement ailleurs, avec une qualité CD. Sans en tirer le moindre avantage marketing.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés