C'est une sentence particulièrement lourde. Pour avoir tenté d'enregistrer illégalement un film dans une salle de cinéma, un Américain de 42 ans a été condamné à deux ans de prison ferme et trois ans de probation. Par ailleurs, il devra s'acquitter d'une amende de 24 738 dollars suite à la perquisition de son domicile et la découverte de 1 240 films piratés.

La sentence est tombée. Robert Henderson a été condamné à deux ans de prison ferme et trois de probation pour avoir essayé d’enregistrer une projection de Batman : The Dark Knight avec un caméscope. L’homme de 42 ans devra également s’acquitter d’une amende de 24 738 dollars pour la possession de 1 240 films récupérés illégalement, suite à la perquisition de son domicile. Une somme qui n’a pas été fixée au hasard, puisque le juge a fixé le dédommagement à 19,95 dollars par long-métrage.

C’est le grand amateurisme de Robert Henderson qui a causé sa perte. En effet, l’homme s’est présenté le 18 juillet 2008 au cinéma d’East Glenn vêtu d’un long manteau d’hiver. Un style vestimentaire qui a intrigué les gérants de la salle. Mais c’est aussi la malchance qui a eu raison du pirate. Selon Torrentfreak, le cinéma était sous surveillance accrue de la MPAA (.pdf), les ayants droit pensant qu’une copie illégale de Hancock avait été réalisée à East Glenn.

« Le vol de films par la technique du camcording est une menace sérieuse pour l’industrie cinématographique et les 2,4 millions d’Américains qui travaillent dans ce secteur » a déclaré Mike Robinson. « C’est une sentence appropriée pour un crime très sérieux, et nous espérons que cela servira d’avertissement pour les autres voleurs, qui devront alors faire face à des conséquences très importantes s’ils s’engagent dans cette voie« .

Pour autant, si The Dark Knight a été massivement téléchargé sur les réseaux peer-to-peer en 2008, avec plus de 7 millions de téléchargements sur BitTorrent, le film a également rencontré un grand succès au cinéma. Le premier jour d’exploitation, le film a engrangé 66,4 millions de dollars, rapportant à la fin de l’année plus de 996,5 millions de dollars. Ce n’est pas la première fois que nous constatons que le P2P semble n’avoir aucun impact négatif sur la bonne santé du cinéma. C’est même tout le contraire.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés