Invité sur Canal Plus, Bernard Henri Lévy a défendu avec hargne la qualité de l'information disponible sur Internet, contre un Michel Denisot qui pensait au contraire démontrer la supériorité de la presse traditionnelle.

Le maître de cérémonie du Grand Journal sur Canal Plus était ravi hier de pouvoir affirmer la domination des grands médias traditionnaux par rapport à Internet. « L’info sur Internet parfois c’est une poubelle aussi, non ?« , demandait ainsi Michel Denisot aux cinq journalistes issus de l’opération Huis Clos sur le Net, invités sur le plateau. Passons sur leurs réponses pleines de clichés et de portes ouvertes enfoncées. La réplique aussi cinglante qu’inattendue est venue de Bernard Henri Lévy, lui aussi invité du Grand Journal.

« Je ne suis pas d’accord avec l’idée d’Internet poubelle de l’information« , a-t-il commencé. « Il y a une grande presse écrite, et il y a une presse écrite poubelle. Il y a aussi une presse poubelle dans la presse écrite. Internet c’est pareil, il y a de l’internet poubelle, et il y a de l’internet qui donne de la vraie information« .

– « Mais dans la presse on sait ce qu’on achète, on fait des choix« , réplique immédiatement le vieux briscard Michel Denisot, qui a commencé sa carrière de journaliste en 1960 et s’est forgé depuis un caractère très corporatiste (il a organisé récemment un véritable traquenard contre Vincent Peillon placé entre Michel Apathie et Alain Duhamel lorsque le responsable socialiste avait osé poser un lapin et demander la tête d’Arlette Chabot).

– « Sur Internet on fait des choix aussi parce qu’on sait à peu près où aller, et surtout il y a une différence« , rappelle BHL. « Sur Internet quand il y a une bêtise, on peut rectifier tout de suite. Moi j’ai assez vu des directeurs de journaux, à l’époque où la presse régnait en maître, renacler à publier des droits de réponse, il fallait leur envoyer des avocats, ça prenait 8 jours, le mensonge avait le temps de s’incruster avant que l’on puisse corriger. Les forums sont une chose extraordinaire où on peut instantanément corriger une contre-vérité« .

Fallait pas l’inviter.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés