Bientôt un webmail pour Facebook ? Selon Techcrunch, le réseau social envisagerait de refondre le système actuel de messagerie interne pour mettre au point une messagerie web compatible POP et IMAP. Et si cela est une bonne nouvelle pour les utilisateurs, le projet "Titan" - c'est son nom - pourrait potentiellement menacer Gmail.

Non content d’aspirer près de 25 % des pages vues aux États-Unis, Facebook envisagerait maintenant de lancer son propre service de webmail. L’information, révélée par Techcrunch, doit évidemment être prise avec des pincettes. Cependant, la création d’une messagerie web est peut-être l’une des meilleures façons de fidéliser des usagers. Preuve en est, MySpace, en perte de vitesse face à Facebook, réfléchit également à la mise en place d’un service similaire.

Une bonne nouvelle pour les utilisateurs, tant le système actuel fait défaut : non seulement l’affichage des anciens messages est parfois assez lent, mais en plus la suppression peut échouer, Facebook retournant alors une erreur. Et pour de nombreux utilisateurs, dont Michael Arrington, Facebook devrait d’abord améliorer le système de messagerie plutôt que de s’attarder tous les quatre matins sur l’habillage graphique du réseau social.

Surnommée « Titan », l’application serait considérée comme un « Gmail killer » par ses concepteurs, si l’on en croit les sources de Techcrunch. Une déclaration plutôt culottée, car le client mail de Google est l’un des plus réputés au monde.

Toutefois, si l’information s’avère exacte, nul doute que Google doit suivre avec attention ce dossier et prendre la menace très au sérieux. Comme nous l’avons indiqué plus haut, Facebook représente désormais près de 25 % des pages vues aux États-Unis. Par ailleurs, le réseau social serait plus efficace et plus viral que le service Google News, selon les dernières estimations de Hitwise.

De là à dire que Facebook sera le fossoyeur de Google, il y a un pas que ne nous franchirons pas. Cependant, plus encore qu’un moteur de recherche ou une galaxie de services, c’est véritablement la dimension sociale et communautaire qui est le moteur du web. Une révolution qui inquiète sans doute Google, même lorsqu’il est question d’un « simple » client webmail.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés