La nouvelle équipe de Jose-Manuel Barroso a été dévoilée. Auparavant chargée de la concurrence, Neelie Kroes sera désormais en charge du numérique au sein de la Commission Européenne. Viviane Reding, qui était commissaire à la société de l'information, devient commissaire à la Justice, aux Droits Fondamentaux et à la Citoyenneté.

Viviane Reding n’est plus en charge de la société de l’information. Le président de la Commission Européenne Jose-Manuel Barroso a présenté vendredi sa nouvelle équipe, et c’est Neelie Kroes qui prend la tête d’un porte-feuille sur le « programme numérique » (Digital Agenda). Elle sera ainsi la commissaire de tutelle pour la Direction générale Société de l’information et médias (INFSO) et pour l’Agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l’information (ENISA).

Elle perd en revanche le programme Media, autrefois géré par l’INFSO, qui sera désormais dans le portefeuille de la Direction Générale de l’Education et de la Culture, sous la tutelle de la commissaire Androulla Vassiliou. Le programme Media est notamment chargé d’accroître la circulation des œuvres audiovisuelles européennes, et de suivre les évolutions du marché en matière de numérisation. Un sujet particulièrement bouillant à l’heure des débats sur Google Books.

Auparavant, la commissaire néerlandaise Neelie Kroes était chargée de la concurrence, un poste où elle a notamment dirigé les condamnations de Microsoft et d’Intel. Dernièrement, elle s’est aussi occupée du rachat de Sun par Oracle. Lors de son mandat à la concurrence, elle avait aussi approuvé la fusion de BMG et de Sony, qui a participé à la concentration du marché de l’industrie musicale, et approuvé le rachat du catalogue d’édition de BMG par Universal.

D’abord femme d’affaires avant de devenir femme politique, Neelie Kroes a détenu un mandat d’administrateur dans 43 grandes entreprises, ce qui avait semé le trouble lors de son entrée à la Commission.

Son soutien à l’open-source et aux standards ouverts est cependant de notoriété publique. « Aucun citoyen ni aucune société ne devrait être forcé ou encouragé à choisir une technologie fermée plutôt qu’une autre libre« , avait-elle déclaré en juin 2008 lors d’une conférence à Bruxelles. « L’interopérabilité est un sujet important pour la Commission, et l’usage de standards libres qui ont fait leurs preuves est un bon moyen pour y parvenir« .

Comme un clin d’oeil à l’amendement 138, Viviane Reding qui s’était occupée du Paquet Télécom a été nommée commissaire à la Justice, aux Droits Fondamentaux et à la Citoyenneté. Il y a seulement quelques jours, Mme Reding prévenait l’Espagne qu’un mécanisme de riposte graduée contre le piratage « pourrait de nombreuses manières aller contre les droits et libertés qui font partie des valeurs de l’Europe depuis la Révolution Française« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés