Selon une étude réalisée par BVA pour Orange et le Journal des Maires, 79 % des Français considèrent qu’Internet est une « source d’espoir » (le communiqué d’Orange n’est pas riche en explications, ce qui interdit toute analyse sociologique ou psychologique de l’internaute lambda). C’est moins que leurs élus, puisque 91 % des maires sont à ce sujet optimistes. Peut-être cet optimiste sera un jour transmis aux sénateurs qu’ils élisent…

Mais les maires sont en revanche plus pessimistes que de raison sur la réalité de l’accès à Internet de leurs administrés, puisque s’ils sont 83 % à estimer que plus de la moitié sont éligibles à internet, mais seulement 53 % à penser que plus de la moitié des administrés possèdent un ordinateur leur permettant de naviguer sur le net. Or en 2007, selon une étude du Credoc, 66 % des Français avaient déjà un ordinateur à domicile, et le chiffre a dû encore beaucoup progresser depuis, notamment grâce au développement des netbooks.

« Alors que la France se classe en réalité parmi les meilleurs en Europe concernant l’accès au haut débit internet, seuls 11 % des maires et 20 % des Français en ont conscience. Le même écart de perception existe concernant l’accès au haut débit mobile« , constate Orange.

De manière globale, les Français semblent plus négatifs que la moyenne sur ce qu’apporte Internet dans la vie quotidienne. L’étude auprès du grand public a été menée en Allemagne, en Espagne, en France, en Grèce, en Italie, en Pologne, au Portugal et au Royaume-Uni. Les Français (79 %), les Allemands et les Britanniques (73 %) sont les plus pessimistes, tandis que les Grecs, les Espagnols et les Polonais (91 %) trouvent qu’Internet est « source d’espoir« .

De même, les TIC sont perçues plus positivement par les Européens (75 %) que par les Français (59 %) « pour contribuer à la relance économique« . Là encore, les maires français (71 %) sont plus optimistes que leurs administrés.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés