Alors que se déroule le Forum de la Gouvernance de l'Internet (IGF) du 15 au 18 novembre en Egypte, la rencontre internationale a connu son premier incident hier, lorsque l'OpenNet Initiative, un projet visant à promouvoir la liberté d'expression et à lutter contre la surveillance du net, a été empêché par la sécurité de l'ONU.

Lancé en 2006 à Athènes, le Forum sur la gouvernance de l’Internet est un rendez-vous international réunissant de nombreux officiels et experts de différents États pour établir un dialogue constructif sur la gouvernance du net. Pour cette quatrième rencontre, intitulée « Internet Governance – Creating Opportunities for all« , c’est Charm el-Cheikh, en Egypte, qui a été désignée comme ville-hôte du 15 au 18 novembre 2009. La gestion des ressources critiques d’Internet, la sécurité, l’ouverture, la confidentialité, la diversité ou encore les grands principes du sommet mondial sur la société de l’information sont quelques-uns des thèmes retenus pour cette nouvelle session.

Cependant, alors que cette réunion est normalement l’occasion d’aborder l’ensemble des sujets et des problématiques liés à Internet, un incident est venu émailler le bon déroulement du forum. Les partisans de l’OpenNet Initiative (ONI), projet dont l’objectif est de promouvoir la liberté d’expression en ligne et de lutter contre le filtrage et la surveillance du réseau par les différents gouvernements, ont été empêchés par la sécurité onusienne.

Selon la BBC, qui couvre cet évènement, les gardes de sécurité de l’ONU ont demandé le retrait d’un poster promouvant un livre soutenu par l’OpenNet Initiative et intitulé « Access Controlled ». L’organisation internationale explique que des plaintes ont été déposées, notamment parce que le poster mentionnait la censure d’Internet et le verrouillage très strict du net en Chine.

« Si nous ne sommes pas autorisés à aborder des sujets comme la censure sur Internet, la surveillance ou encore la vie privée lors du Forum sur la gouvernance d’Internet, alors quel peut donc bien être l’intérêt de l’IGF’ s’est interrogé Ron Deibert, co-fondateur de l’OpenNet Initiative. Cet incident est d’autant plus dommageable que la réunion est justement placée sous l’égide de l’Organisation des Nations-Unies.

« La censure d’Internet et la surveillance sont en augmentation dans les pays démocratiques ainsi que dans les régimes autoritaires » affichait notamment le poster. « La première génération du contrôle, caractérisée par la grande muraille numérique chinoise, a été remplacée par des techniques beaucoup plus sophistiquées qui vont au-delà de la simple négation de l’information« .

La BBC indique que cela fait suite à un autre incident, lorsque des membres du personnel onusien ont demandé à l’ONI de cesser de distribuer une invitation qui  » mentionnait le Tibet  » a indiqué Ron Deibert. Manifestement, les discussions politiques n’avaient pas voix au chapitre, la réunion étant exclusivement dédiée au thème précis de net. Et si l’ONI a accepté de ne plus distribuer de flyers, les défenseurs des droits de l’Homme ont en revanche émis de sérieuses réserves sur l’opportunité d’organiser le Forum sur la gouvernance de l’Internet en Egypte, pays classé 143e en matière de liberté de la presse…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés