C'est ce jeudi 29 octobre que sera dévoilé au Fouquet's le livre La Bataille Hadopi, co-rédigé par 40 auteurs et édité sous licence libre par InLibroVeritas. Numerama, partenaire de l'évènement, publie en exclusivité les premières bonnes feuilles avec l'intégralité du chapitre rédigé par Jérôme Bourreau-Guggenheim, ancien employé de TF1 licencié pour avoir exprimé son opposition à la loi Hadopi auprès de sa députée, et auteur du blog AffaireDOpinion.com :

Condamné par une loi qui n’existe pas

Le terme de crise est celui qui résume le mieux l’état dans lequel se trouve aujourd’hui, non pas l’industrie culturelle comme elle le prétend, mais le système politique tout entier. La démocratie nécessite la diversité des points de vues. Elle appelle et même exige de chacun d’entre nous la critique et la contestation, réfléchies et argumentées, afin que d’une somme d’intérêts particuliers naisse un consensus accepté par la majorité. Mais il ne s’agit plus que d’une utopie dans une société oligarchique minée par une grave crise de confiance qui sévit entre le peuple et ses représentants. Cette crise, semblable à celle qui emporta Sparte, porte en elle les conditions d’une remise en cause de l’autorité publique, voire de la révolte ou de l’insurrection populaire. Car la majorité de nos représentants, pris dans un engrenage carriériste et non plus mobilisés par un engagement citoyen prolongeant celui de leurs électeurs, sont devenus méfiants à l’égard de l’expression du peuple qu’ils n’entendent qu’en fonction de leur bon vouloir. La politique a cessé d’être disruptive, d’appeler à la réflexion des électeurs,de leur demander de choisir parmi les programmes ou les mesures proposées lesquels sont les plus à même de résoudre les problèmes de la société.

En lieu et place, s’est substituée une stratégie de communication, dont le raffinement extrême, le storytelling, autrefois cantonnée au marketing et à la publicité,a investi le champ politique.Cette pratique,d’une redoutable efficacité, usée immodérément et à mauvais escient, consiste à raconter une histoire, à englober la réalité dans un récit narratif dans lequel le plus grand nombre se reconnaît, que ce soit par un discours simpliste sur les valeurs, ou de manière plus excessive par une certaine peoplisation de la vie politique. L’observation rapide d’un journal télévisé, où la part accordée aux faits divers est désormais plus importante que celle consacrée au traitement de l’actualité nationale ou internationale, suffit à se rendre compte de l’ampleur du phénomène. Cette suprématie de l’émotion sur la raison est savamment entretenue par nos politiques, avec la complicité de médias, qui n’ont cessé de chercher à exclure les citoyens du débat démocratique, à les cantonner dans le rôle de spectateurs- consommateurs, afin d’éviter de leur rendre des comptes et renouveler ainsi plus facilement leurs mandats.

Déjà en son temps,Machiavel écrivait que  » Gouverner,c’est mettre vos sujets hors d’état de nuire ou même d’y penser,ce qui s’obtient soit par la force,soit en leur donnant un tel état de bien-être qu’ils ne puissent y songer « .Et pour exclure ceux qui n’ont pas déjà renoncé à participer à la vie de la cité,il faut affaiblir leur esprit critique, paralyser leurs cerveaux. Parmi les tactiques politiciennes les plus efficaces, la plus utilisée est certainement celle qui consiste à justifier une nouvelle loi grâce à un rapport de quelques experts  » indépendants « . Recrutés
par nos gouvernants,ils sont chargés de traduire une réalité en volonté politique dans un brouhaha technique volontairement inaudible pour une majorité de citoyens ne disposant pas des connaissances nécessaires pour en comprendre pleinement les tenants et les aboutissants. La loi  » Création et Internet « , ou Hadopi, du nom de la nouvelle administration qu’elle institue, est l’illustration parfaite de cette désagrégation de notre démocratie, où le débat d’experts s’est substitué au débat démocratique. Peut-être son œuvre ultime tant l’atteinte à la liberté d’expression, au coeur de cette stratégie orwelienne,est si clairement assumée.Pour cacher ses réelles intentions, le gouvernement a commandé un brillant scénario aux industries culturelles sous le titre  » j’aime les artistes « .Cette campagne de désinformation,est taillée sur mesure pour caricaturer les opposants et empêcher tout débat dans l’opinion publique. Ironiquement donc, être contre ce projet de loi c’est ne pas aimer les artistes !

Au fil de ce genre d’argumentaire rhétorique, c’est une vraie menace au sens pathologique d’une maladie dégénérative qui s’affirme puisque,au lieu d’ouvrir et de nourrir des débats publics en fournissant à tout un chacun les moyens, les capacités réelles d’intervenir efficacement et de s’investir dans la vie politique telle que l’exige sa fonction de citoyen ; notre capacité de réfléchir, de parler ensemble, ainsi que l’autorité politique qui en découle ne procèdent plus que par amalgame. Le caractère unilatéral du débat fourni ainsi que la profonde
méconnaissance des évolutions techniques comme celle des modes de vie qui en découlent, traduit une mutation particulièrement inquiétante et contradictoire de la République.

Tournée vers le passé, objectivement inapplicable (elle impose à chacun de sécuriser sa connexion, ce que la plupart des internautes, et la technologie WiFi s’avèrent incapables de faire !), totalement liberticide (elle délègue à des sociétés privées la surveillance généralisée des communications et la traque des  » pirates « ), la loi Hadopi n’est en tout état de cause qu’une loi rétrograde, qui non seulement n’aura pas plus d’efficacité que la loi DADVSI qu’elle remplace, mais qui entamera une nouvelle fois de plus la confiance des citoyens face à
un système répressif aléatoire. Qu’importe que cette loi soit inefficace, qu’elle remette en cause le principe de la présomption d’innocence, qu’elle n’apporte aucune solution au financement de la culture sur Internet, qu’elle fausse la libre concurrence du marché et qu’elle soit massivement rejeté par les internautes, legouvernement s’entête.

Mais ce n’est pas seulement ses orientations qui sont mauvaises ou irresponsables, Hadopi est avant tout un danger pour les libertés, le cheval de Troie d’une surveillance et d’une répression à grande échelle d’Internet. Après avoir mis sous tutelle la télévision publique, puis mis sous perfusion la presse, la majorité s’attaque à ce média rebelle,qui est aujourd’hui l’un des derniers lieux d’expression et de critique de la politique gouvernementale. Il ne fait aucun doute que le mouchard filtrant, seule possibilité de contester l’accusation de
négligence selon la loi, conférera en réalité à la puissance publique les moyens légaux permettant de s’introduire dans la vie privée des internautes. Entre de mauvaises mains, ce système pourra être facilement détourné à des fins d’espionnage industriel, ou privé, et engendrer ainsi de nouvelles formes de
corruptions.

Car dans nos sociétés démocratiques,le contrôle des médias est la clé du pouvoir. La majorité des grands titres de presse, des radios, des chaînes de télévision et autres sources d’information connues du grand public appartiennent à des groupes industriels dont les intérêts sont intimement liés à ceux de l’Etat. Ce que nous lisons, ce que nous écoutons et ce que nous regardons est déterminé par les propriétaires de ces médias, les annonceurs qui payent la publicité et les politiques qui en définissent les règles et parfois les contenus. Il s’agit d’une évidence tellement grossière que la critique la plus élémentaire la perçoit. Pour ces grands conglomérats,posséder un média puissant est l’assurance d’entretenir d’étroites relations avec une classe politique consciente qu’un destin national ne peut se forger qu’en bénéficiant d’une large couverture médiatique. La censure est invisible, quasiment indécelable mais elle gangrène, à différents stades, tous ces médias qui diffusent une culture populaire au service d’objectifs sociaux et politiques sous-jacents.

À l’opposé de ces mass-media, Internet a toujours été synonyme de liberté. Cette liberté est représentée par une culture de l’échange désintéressée, la collaboration non marchande, autant de choses qui ont largement investi le quotidien de milliards d’individus. Les utilisateurs ont changé, pas les acteurs du marché qui,du moins en France,n’arrivent pas à s’entrer dans la tête qu’une personne, un citoyen, un simple quidam ne se résume ou ne se réduit pas à la simple fonction de consommateur indifférent. Car peu importe ce dont nous
aurions envie, nous devrons quand même consommer comme cela nous l’est indiqué, autorisé et matériellement rendu possible. L’évolution technologique a irrémédiablement remis en cause ces monopoles de fabrication de la culture. La démocratisation des outils de production et de distribution a permis à de nombreux créateurs de s’adresser directement à leur public s’affranchissant de la tyrannie de ces intermédiaires. Grâce à la consommation à la demande, nos goûts sont devenus infiniment plus variés, plus précis. La culture de masse s’est effondrée au profit de millions de micro-cultures et autant de marchés de
niches.

Internet n’a pas de business plan, pas plus qu’une entreprise n’est responsable de sa création ou qu’un gouvernement peut en revendiquer la propriété. Le réseau s’est construit sur plus de quarante ans grâce à des passionnés, des informaticiens, des chercheurs, des étudiants, tous bénévoles pour la plupart, qui sans chercher la rentabilité de leurs travaux, ont apporté une succession d’innovations fondamentales comme le protocole TCP/IP (1982),le Web (1991) ou encore le P2P (2000). Ces pionniers étaient motivés par l’extraordinaire espace de liberté et le terrain propice à l’innovation et à la création qui leur était offert. L’architecture décentralisée d’Internet, par delà laquelle transitent les informations découpées en paquets,relayées d’un serveur à un autre quelque soit leur nature, repose sur une confiance sine qua non entre les différents acteurs, les fournisseurs d’accès et les éditeurs de services web. Il s’agit du principe de  » neutralité du réseau  » (en anglais Net Neutrality) selon lequel l’efficacité du net ne peut être garantie qu’à condition qu’aucune discrimination de trafic ne soit mise en place,autrement dit,qu’aucune autorité publique ou société privée ne puisse réguler l’accès à certains services ou protocoles de communication. Un exemple parmi tant d’autres de cette vulnérabilité : en février 2008,YouTube, l’un des sites web les plus populaires de la planète, édité par l’une des sociétés les plus puissantes au monde, Google, a été entièrement mis hors service suite à la censure de Pakistan Telecom. À l’origine de cet incident, le gouvernement pakistanais avait demandé au principal fournisseur d’accès du pays de bloquer YouTube à cause d’une vidéo jugée blasphématoire car reprenant les fameuses caricatures danoises de Mahomet. Mais une erreur, ou une malveillance, de re-routage du trafic mondial entraîna instantanément un black-out mondial de la plate-forme vidéo durant plus de deux heures.

Avec cette loi, et celles qui la suivront, la France est en passe de rejoindre le Pakistan, l’Iran, la Chine et bien d’autres régimes autoritaires qui redoutent la transparence, et occultent la vérité. Le monde de la politique est beaucoup plus cruel qu’on ne l’imagine. Le piratage d’un courriel privé entre un citoyen et sa députée est l’exemple prématuré de ce qu’il est à craindre d’une surveillance des communications électroniques, généralisée et automatisée, qui fera de chaque internaute et de chaque citoyen, un suspect, un terroriste. Les auteurs de cette bévue grossière, dont une ministre, et une député, n’ont formulé aucune excuse qui aurait pu nous rassurer quant au fait qu’il ne s’agisse que d’un simple réflexe politique, et non l’œuvre d’une volonté clairement assumée de censurer l’expression d’un citoyen. L’arrière-goût d’impunité que révèle cette
affaire entame notre confiance à l’égard de nos représentants.Elle nous autorise toute sorte de fantasmes sur des collusions d’intérêts entre des champs,a priori, indépendants, et jette un voile de soupçon indéniable sur la remise en question de notre citoyenneté et de nos libertés.

Finalement, ce qui est surprenant dans la petite France du grand changement, c’est que son immobilisme tant de fois raillé a cédé le pas au pas en arrière. Non pas ce pied d’appel qui nous permettrait de prendre du recul, mais ce pas dans l’ombre, vers la régression des libertés fondamentales, rendant incompressibles la conservation et la progression des acquis qui fondent l’originalité, peut-être même la pertinence, du projet politique français devant le reste du monde.

Ce texte est mis à disposition sous la double licence Creative Commons BY-SA et Licence Art Libre. Source de l’œuvre : http://www.inlibroveritas.net/la-bataille-hadopi.html

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés