Jeudi soir, dans la torpeur née de la décision du Conseil constitutionnel, nous écrivions un petit billet pour nous étonner de la réaction victorieuse du député socialiste Christian Paul. « On a connu Christian Paul mieux inspiré…« , écrivions-nous. En boomerang, le député nous a répondu : « On a connu Guillaume Champeau moins sévère…« 

Dont acte. Qui aime bien châtie bien, comme on dit.

Le député, qui a livré les batailles contre les lois DADVSI, Hadopi 1 et Hadopi 2, ne s’est cependant pas arrêté au trait d’esprit. Il a éclairé sa réaction.

« Bien sûr, la décision du Conseil constitutionnel n’empêche pas l’application de la loi Hadopi. Et n’oublions jamais qu’au Parlement, le fait majoritaire agit comme un rouleau compresseur« , rappelle Christian Paul.

« Ce soir (jeudi soir, ndlr), pour moi, ni résignations, ni victoire, ni regrets, seulement la conviction que nous devrons inlassablement, à chaque étape, mener cette lutte qui engage notre civilisation. J’ai voulu dire que le Conseil, en censurant un point de la loi (c’est rarissime, deux censures sur la même loi) démontrait combien elle avait été écrite dans la fièvre et sous la pression. L’insécurité qu’elle crée se tranchera probablement devant les tribunaux…c’est notre espoir« .

« Prochaine étape symbolique au Fouquet’s…pour la sortie de la Bataille Hadopi, livre que nous avions imaginé avec Mathieu Pasquini au coeur du combat, et dont j’ai commis la préface bien peu résignée !« 

« Diffusons ce livre et ne courbons pas l’échine« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés