La riposte graduée est défendue "au nom des artistes". Mais qu'en penses vraiment les premiers concernés ? Shakira, Norah Jones et Nelly Furtado ont des discours bien différents de ceux prononcés par les maisons de disques contre le piratage.

Soit elles sont simplement sincères, soit la leçon Lilly Allen a été bien apprise. Interrogées par Sky News Australie, Shakira, Norah Jones et Nelly Furtado ont exprimé un sentiment à l’égard du piratage bien éloigné du discours guerrier qui a précipité la chute de la chanteuse britannique.

La palme de l’artiste la plus à son aise avec le piratage est décernée à Shakira (en photo ci-contre) « J’aime ce qui se passe parce que j’ai le sentiment que ça me rapproche des fans et des gens qui apprécient la musique« , a confié la chanteuse. « C’est d’une certaine manière la démocratisation de la musique, et la musique est un don. C’est ce que ça devrait être, un don« .

Norah Jones est globalement sur la même ligne, avec une petite réserve. « Si les gens m’écoutent je suis content« , dit-elle. « Je ne vais pas dire aux gens d’aller voler mon album, mais vous savez je pense que c’est super que les jeunes qui n’ont pas d’argent puissent écouter la musique et être exposés à de nouvelles choses. Mais je comprends aussi que ça n’est pas idéal pour l’industrie musicale, et pour beaucoup de jeunes artistes qui ne vont pas financer la création de leur musique grâce à leurs ventes d’albums, mais au moins ils peuvent faire des tournées« .

Enfin, Nelly Furtado a le discours le plus terre à terre, qui fait redescendre l’artiste de son piédestal. Pour elle, si vous faites de la bonne musique, « vous trouverez un public, et vous ne gagnerez peut-être pas des millions de dollars, mais vous gagnerez assez pour avoir une maison avec une famille et une voiture« . « Je ne sais pas, ajoute-t-elle, peut-être que l’heure a sonné« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés