Invité sur France 2 samedi soir, le publicitaire Jacques Séguéla est devenu le meilleur ennemi du net. Il estime qu'en effet, que parce qu'il "permet a tous les hommes de communiquer avec les autres hommes", le Net est "la plus grande saloperie qu'aient jamais inventée les hommes".


Cela mérite-t-il un long commentaire à l’égard de celui qui déjà, dans un registre provocateur, avait osé dire que ceux qui n’ont pas une Rolex à 50 ans ont raté leur vie ? Samedi soir sur France 2, dans l’émission On n’est pas couché de Laurent Ruquier, le publicitaire Jacques Séguéla a fustigé Internet, « la plus grande saloperie qu’aient jamais inventée les hommes« . Il apportait son soutient au socialiste Julien Dray, qui selon le publicitaire a été « victime de ce cancer qui s’appelle l’intox« , qui se développe sur Internet.

« Le Net est la plus grande saloperie qu’aient jamais inventée les hommes ! C’est un dieu vivant ! Car Internet permet a tous les hommes de communiquer avec les autres hommes. En quelques secondes, le net peut détruire une réputation !« , a protesté celui qui a apporté son soutien à Nicolas Sarkozy, et qui reste un proche du Président de la République.

L’illustration basée sur Julien Dray est évidemment des plus grotesques. D’abord parce que c’est la presse traditionnelle et non pas Internet qui a publié les enquêtes les plus dures, et des documents à charge extraits de l’instruction à l’égard de l’ancien député socialiste. Ensuite parce que c’est sur Internet que Julien Dray a pu le mieux se défendre, notamment sur le site d’Arrêt Sur Images (sur abonnement) où il avait été invité pour une longue émission. Enfin parce que face au lynchage organisé ou relayé par la presse traditionnelle, c’est grâce à Internet que Julien Dray peut se défendre chaque jour, grâce à son blog. Quel journal ou quelle chaîne de télévision accepterait d’ouvrir chaque jour ses colonnnes ou ses antennes à un homme politique ?

En fait, Séguéla n’a probablement pas digéré le lynchage dont il a été lui-même victime sur Internet après sa sortie sur les Rolex. Et il n’aime surtout pas, en tant que publicitaire, que le Net permette aux consommateurs de savoir ce que vallent les produits avant de les acheter.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés