La commissaire européen à la protection des consommateurs Meglena Kuneva devrait demander lundi aux industriels de limiter le volume des baladeurs MP3 et téléphones mobiles au démarrage.

L’Europe s’inquiète depuis longtemps des risques de l’utilisation prolongée des baladeurs pour le tympan. Elle a déjà fixé depuis plusieurs année un seuil maximal de 100 décibels pour la sortie casque des baladeurs MP3 et téléphones mobiles. Mais ça n’est pas encore satisfaisant, estime Meglena Kuneva, la commissaire européen en charge de la protection des consommateurs.

Elle a fait connaître vendredi son intention de demander lundi à Bruxelles, lors d’une réunion avec les représentants de l’industrie électronique, que le volume de démarrage des iPod et autres baladeurs MP3 soit réduit. L’idée n’est pas d’aller en dessous des 100 décibels pour le volume maximal, mais d’imposer un plafond pour le niveau défini par défaut à l’allumage de l’appareil.

Mme Kuneva souhaiterait aussi selon l’AFP « compléter cette mesure par une information sur les dangers d’écouter la musique au casque trop fort et trop longtemps« , qui existe déjà en France. Les constructeurs ont en effet l’obligation d’indiquer par une signalétique collée à l’appareil qu’à « pleine puissance, l’écoute prolongée du baladeur peut endommager l’oreille de l’utilisateur« .

Le Comité scientifique des risques sanitaires émergents et nouveaux (Csrsen) établi en 2004 par la Commission européenne avait publié l’an dernier un avertissement sur les risques de surdité engendrés par les baladeurs MP3. « Les propriétaires de baladeurs, risquent des pertes auditives irréversibles s’ils règlent le son trop fort et se servent de l’appareil pendant plus d’une heure par jour toutes les semaines pendant au moins 5 ans« , avait prévenu le comité.

Le Csrsen estimait entre 50 et 100 millions le nombre de citoyens des 27 pays de l’Union Européenne qui écoutent quotidiennement de la musique sur baladeur, et identifié parmi elles entre 2 et 10 millions sujettes à risques.

« Je suis inquiète que les jeunes (…) soient si nombreux à risquer sans le savoir une dégradation irréversible de leur fonction auditive« , s’était alors alarmée Meglena Kuneva « Nous devons agir rapidement. Nous devons sensibiliser les consommateurs. Il faut aussi revoir les contrôles en vigueur« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés