Inexorablement, le principe de la licence globale continue de faire son chemin. Récemment, le FAI britannique Virgin Media a proposé de fournir un catalogue illimité de musique à ses clients contre un forfait mensuel fixe. Une idée qui divise les différents labels, puisque certains se montrent plutôt intéressés, tandis que d'autres affichent une certaine frilosité...

Pour combattre le piratage de la musique, il faut retourner ses armes contre lui. Telle est l’idée du fournisseur d’accès Internet qui suggère ni plus ni moins de lancer une vaste plate-forme musicale où chacun pourrait télécharger de la musique sans aucune contrainte. En échange, d’un abonnement mensuel fixe, l’internaute aurait dès lors accès à un vaste catalogue complètement libéré des mesures techniques de protection.

Avec l’explosion du haut-débit dans les foyers, couplée à l’adoption massive du format MP3 pour la diffusion de la musique, les ayants droit et le législateur ont malheureusement constaté que les habitudes musicales d’une génération entière avaient définitivement changées. Au lieu d’acheter quelques singles ou albums chaque année, l’internaute réclame un accès illimité à la musique, sans aucune restriction.

Jusqu’à présent, les différentes solutions préconisées par les détenteurs de droit n’ont pas connu un fulgurant succès. Les plates-formes légales sont souvent critiquées pour leur maigre catalogue et leur manque de souplesse (la plupart des titres sont souvent encodés en format MP3 avec un débit standard), le déploiement des mesures techniques de protection (les fameux DRM) ont suscité l’ire des internautes, tandis que les différents renforcements législatifs n’ont jamais vraiment affecté les nouvelles habitudes culturelles des internautes.

Afin de fournir une véritable réponse et convaincre les amateurs de téléchargements illégaux de revenir dans le giron de la légalité, Virgin Media souhaite lancer un tout nouveau service de téléchargement illimité de musique pour l’ensemble de ses clients. Libre de tout DRM, ce service permettrait aux utilisateurs de récupérer toute la musique désirée et de la conserver indéfiniment.

Pour l’heure, Universal et un certain nombre de plus petits labels ont manifesté un certain intérêt pour le projet de Virgin Media. Toutefois, tous les labels ne sont visiblement pas satisfaits. Ainsi, New Media Age rapporte que des sources internes chez EMI et Sony Music ne sont guère emballées par l’optimisme de Virgin à convertir les pirates en consommateur légitime. Pour eux, le modèle envisagé serait largement imparfait et affecterait même les maigres ventes numériques actuelles.

Or, une source interne chez Universal n’a pas le même diagnostic. Pour lui, les inquiétudes d’EMI et Sony Music ne sont absolument pas fondées. Même si un consommateur a accès à un catalogue illimité, il ne téléchargera en réalité que quelques douzaines de titres par mois. Seuls les plus passionnées voudront en récupérer toujours plus, mais ils ne seront guère nombreux. Pour l’employé, il est nécessaire que les labels se montrent réellement innovants pour être compétitifs face au piratage.

Virgin Media va-t-il donc cannibaliser les ventes actuelles sur les plates-formes légales ? Difficile à dir. Mais Virgin Media estime que ce nouvel espace sera bénéfique pour tous. « Nous sommes en train de bâtir un nouveau cadre et nous voulons fournir une offre véritablement convaincante pour les consommateurs et l’industrie » a déclaré une porte-parole du FAI.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés