Il y a plusieurs mois, nous avions relayé sur Numerama une vidéo du professeur Lawrence Lessig, l’inventeur des Creative Commons, censurée à la demande de Warner. Le studio avait fait supprimer de YouTube la conférence donnée le 24 mars à San Diego, en Californie, dans laquelle il appelait justement à mettre fin « à la guerre du copyright » sur Internet. Pour plaider en faveur d’une plus grande souplesse dans l’application du droit d’auteur dans l’environnement numérique, où toute utilisation d’une œuvre implique une copie réputée illicite, Lawrence Lessig avait utilisé plusieurs extraits et remixs, dont certains exploitaient des extraits d’œuvres de Warner Music.

Aujourd’hui, cette brillante conférence est disponible en français. M. Rahal, administrateur système et internaute passionné par l’informatique, a traduit pour nous l’ensemble des 45 minutes de la conférence.

« Globalement, la problématique du droit d’auteur m’intéresse depuis longtemps« , nous explique le traducteur. « Quand les réseaux P2P (et les scripts pour mirc, et les robots pour newsgroups) se sont développés massivement, le phénomène des échanges numériques a pris une ampleur terrible. Pendant ce temps, le législateur a mollement suivi, les maisons de disques et ayants droits ont négligé cette technologie pour des raisons que je ne veux pas imaginer« .

« Aujourd’hui, on se rend compte que l’émergence de la musique numérique réellement initiée par le disque audionumérique a eu un développement totalement prévisible. Pourtant, les producteurs et distributeurs de ces médias n’ont jamais saisi la portée de leurs actes conduits par des visions mercantiles à court terme (revendre toute la discothèque analogique une deuxième fois en numérique, le rêve !). Aujourd’hui, pris de court, on se rabat sur des visions de la société qui font amèrement penser à 1984 de Orwell…« .

« Dans ce contexte, j’ai découvert avec très grand intérêt la keynote du Pr. Lessig sur numérama. Sa vision me paraît très juste et je suis d’accord avec beaucoup de ses conclusions. Je suis même très impressionné par la concision de son explication. Voyant la réaction de certains dans les commentaires je me suis dit que le document était d’une clarté exemplaire, mais qu’une mauvaise compréhension de la langue anglaise était un obstacle majeur à la compréhension des concepts parfois subtils développés. J’ai donc fini par proposer la video sous-titrée au Pr. Lessig qui l’a mise en ligne.« 

Et voici le résultat, qui mérite d’être regardé tant le propos est limpide, et la conclusion sans doute sujette à controverse :

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés