Beaucoup d'études ont conclu, au grand dam de l'industrie du divertissement, que le Peer-to-Peer avait tendance à accroître le porte-feuilles consacré aux oeuvres culturelles. D'autres plus sévères ont conclu l'inverse. Face à ce grand flou, Nuclear Elephant tente de donner un chiffre sur les bénéfices liés aux P2P, e faisant appelle aux déclarations des internautes.

Le File Sharing Experiment mené par Nuclear Elephant est une initiative des plus intéressantes qui ravira les défenseurs du P2P que nous sommes. Le site propose aux internautes de détailler les œuvres et les logiciels qu’ils ont acheté, qu’ils n’auraient pas acheté s’il n’y avait pas eu de Peer-to-Peer.

Lancé officiellement le 31 juillet, le projet a déjà récolté 4882 entrées, pour un montant total de près de 250.000 dollars. Les participants indiquent la valeur de l’achat, le nom de l’objet acheté, et la raison qui les ont poussé à sortir leur carte bancaire alors qu’ils auraient pu garder le fichier « gratuit ». Les administrateurs et volontaires trient les contributions pour vérifier que seuls les achats réalisés en vertu du P2P comptent (et non pas, par exemple, ceux issus du bouche à oreilles).

Le résultat est surprenant. Défiant l’imagerie populaire du jeune pirate assoifé de gratuité, la très grande majorité des motivations d’achat affichées ne réside pas dans la beauté du boîtier pour un DVD ou la piètre qualité d’un MP3, mais bien dans la simple qualité intrinsèque des œuvres. « J’ai téléchargé ‘Black Hole Sun’ et je suis immédiatement tombé amoureux du groupe« , explique par exemple un acheteur des albums de Moog Cookbook. Même chose pour les jeux vidéo. A propos de Unreal Tournament 2004 : « Je me suis bien amusé avec, donc je l’ai acheté« .

Bien sûr il est trop tôt pour tirer les moindres conclusions chiffrées de cette initiative pour laquelle ses adversaires ne manqueront de toute façon pas de rappeler qu’elle est basée uniquement sur les déclarations des internautes (des voleurs, rappelons le). Mais il faudra la suivre de près, et bien sûr, y participer.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés