MediaDefender ne vaut plus un clou. La société américaine de lutte contre le piratage sur les réseaux P2P était au bord de la faillite suite au piratage de ses e-mails, qui lui a fait perdre toute crédibilité auprès de ses clients. Non seulement ses méthodes peu scrupuleuses ont été exposées et ont permis à The Pirate Bay de contre-attaquer lors de son procès, mais en plus il est apparu que la société employée par les majors pour faire tomber les réseaux P2P se servait en fait de ces derniers pour diffuser et vendre des fichiers pornographiques. Un conflit d’intérêts d’un mauvais genre.

Depuis, MediaDefender est une coquille vide. Les deux fondateurs ont été remerciés par la direction, et le cours de l’action de sa maison mère ArtistDirect ressemble à un électro-encéphalogramme plat. On s’attendait à un dépôt de bilan inévitable.

Mais ArtistDirect, qui avait acheté MediaDefender en 2005, ne se décourage pas. Elle a racheté la semaine dernière MediaSentry, le principal concurrent de MediaDefender, dont les services sont utilisés par la RIAA pour collecter les adresses IP des P2Pistes américains. Sans doute ArtistDirect espère-t-elle que l’annonce d’un projet de mise en œuvre d’une riposte graduée aux Etats-Unis va enfin ouvrir la porte à un business fructueux.

Cependant le marché de la chasse aux pirates n’est plus ce qu’il était. Alors que MediaDefender s’était vendu 42,5 millions de dollars, ArtistDirect a pu racheter MediaSentry pour seulement 936.000 dollars. Pourquoi se priver ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés